[Poisson d'avril] La sécu va rembourser une partie des abonnements Tinder

Un second souffle pour la saison des amours

Portée par une large et inhabituelle coalition politique allant de l’extrême-droite à la gauche révolutionnaire, cette décision pourrait entrer en vigueur dès le mois de mai prochain. 

Avec près de 50 % de célibataires à Paris, la droite traditionaliste voit dans cette mesure un moyen d’accroitre le nombre d’unions par le mariage pour « renforcer la création des valeurs familiales », tandis que Bruno Grandjus du parti de la gauche innovante insiste sur « les opportunités de rencontres des corps dans un cadre éprouvé qui est celui du libre consentement et de la validation algorithmique, critère important à l’heure du numérique ». 

Plus prosaïquement, la Cnam, par la voix de son directeur délégué au numérique, se félicite des effets bénéfiques de l’utilisation de Tinder sur la santé de ses assurés. En effet, si la preuve de l’effet hypocholestérolémiant de la pratique sportive de chambre n’est pas encore faite, une étude randomisée en double aveugle « Tinder » vs « Cours de clarinette autrichienne » menée par l’équipe du Pr Latouche de Nîmes a validé la baisse significative de la consommation de psychotropes antidépresseurs (-50 %, p < 0,05).

Le niveau de remboursement sera d’ailleurs plus important chez les plus de 30 ans. Mais déjà des organismes complémentaires prévoient de financer les restes à charge à tout âge, convaincus des bénéfices…

Source: 

Alexis Delemar

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Après l'hôpital Saint-Antoine, c’est l’ensemble des sites de l’AP-HP qui pourrait être touché par la grève. La CGT et SUD-Santé réclament des...
L'ARS Grand Est s'est engagée à fournir la signature du protocole de sécurisation et un planning nominatif prouvant la présence chaque jour de sept...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.