Patients fumeurs : ne leur lâchez pas la grappe !

L’Alliance contre le tabac lance « l’Appel des 100 000 »

Pour mobiliser les professionnels de santé, l’Alliance contre le tabac a lancé « l’Appel des 100 000 » : un texte dans lequel les soignants s’engagent à ne jamais oublier de parler clope lors d’une consultation avec un patient fumeur.

 

L’Alliance contre le tabac est repartie en croisade, avec, cette fois-ci, une initiative originale : l’Appel des 100 000. Une liste d’engagements que les professionnels de santé sont invités à signer, et qui peut se résumer ainsi : n’ayons pas peur d’être relous, parlons tabac avec nos patients !

Il faut bien reconnaître que certains des engagements que l’Alliance veut faire prendre aux soignants ont un petit côté prêchi-prêcha : « évoquer avec chacun de nos patients sa consommation de tabac », « ne pas laisser un fumeur nous quitter sans un conseil approprié »…. Mais contrairement à ce que l’on pourrait croire, contre le tabac, c’est ce qui marche le mieux.

Le tabac, pas tabou dans les cabinets

« Tout dépend de la façon dont c’est fait : si c’est une injonction ou si on ne propose pas de solution pratique derrière, c’est sûr que ce n’est pas très constructif », explique le Dr Anne-Laurence Le Faou, présidente de la Société francophone de tabacologie et responsable du centre d’addictologie à l’Hôpital européen Georges Pompidou.

Mais s’il y met les formes, un généraliste peut d’après elle « faire arrêter de fumer une personne sur 50 par un conseil minimal ». En clair : demander au patient s’il fume, et lui recommander d’arrêter si la réponse est positive.

Un taux d’arrêt d’un sur trois

Mais en y mettant un peu du sien, les résultats peuvent être bien meilleurs. Avec une consultation hebdomadaire, le taux d’arrêt à un mois peut ainsi grimper jusqu’à 45 %, écrivaient Anne-Laurence Le Faou et ses co-auteurs en octobre dernier dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire.

Reste à trouver le moyen de faire entrer le patient dans le processus qui le mènera à l’arrêt du tabac. D’où l’importance de l’Appel. L’Alliance estime que 100 000 signatures sont nécessaires pour peser sur le débat public dans le cadre des élections à venir. À l’heure où nous mettons en ligne, on n’en est qu’à 5300. Encore un effort !

Source: 

Adrien Renaud

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.