Les vaccins anti-Covid, un nouveau terrain de jeu pour les escrocs ?

Nouvelle denrée précieuse, nouvelles escroqueries ! Au lendemain du lancement de la campagne vaccinale française, c’est en tout cas ce que craint la Police nationale qui est sur le qui-vive !

Le top départ a été lancé. Dimanche 27 décembre, la campagne de vaccination a débuté en France. Un lancement, largement relayé par les médias français, qui pourrait être accompagné d’une vague de délits en tous genres à en croire la Police Nationale. « La criminalité cherche à profiter des effets d’aubaine », assure Michel Lavaud, porte-parole de la Police nationale, à France Inter.
 
« Les vaccins vont constituer et peuvent constituer aux yeux des criminels une denrée ou une marchandise précieuse », poursuit-il. Un facteur qui pourrait les inciter, selon le porte-parole, à redoubler d’inventivité pour tirer bénéfice de cette campagne de vaccination massive. « Il y a un risque qu’ils essayent de vendre de faux-vaccins », prévient ainsi Michel Lavaud qui assure qu’il est possible de « tout imaginer ». Et d’imager : « On peut imaginer, par exemple, que des délinquants essayent de faire payer des rendez-vous pour se faire vacciner plus vite que d'autres. On peut aussi imaginer que des escrocs vont essayer de vendre des médicaments qui seraient susceptibles d'accompagner les vaccins, alors que ce n'est pas vrai ».
 
Une crainte qui se base sur l’expérience du premier confinement où les escroqueries avaient pullulé. « La délinquance avait profité d'opportunités, avait mené des escroqueries sur de faux masques ou des masques ou des gels hydroalcooliques qui n'étaient pas protecteurs », se remémore le porte-parole. Si la criminalité s’adapte pour autant, Michel Lavaud assure que la Police aussi. Des ajustements qui s’appuient notamment sur la plateforme moncommisariat.fr qui permet aux particuliers de signaler tout comportement suspect. « J'en appelle à ce que chacun puisse nous signaler […] des contenus qui leur feraient penser à des tentatives d'escroquerie », a indiqué le porte-parole.
 
Une mobilisation qu’on imagine cependant mal être suffisante pour contrer l’ingéniosité des professionnels du crime…
 

Portrait de Julia Neuville

Vous aimerez aussi

Le CHU de Bordeaux a été condamné mardi à indemniser la famille d'une patiente de 48 ans décédée le 10 mars 2018 à l'hôpital, où elle avait attendu...

La justice française a renvoyé au 5 janvier 2023 un procès lié au système d'assurance maladie français, à laquelle une femme greffée des deux mains...

Greffée des deux mains aux Etats-Unis en 2016 car elle jugeait ce type d'opération alors impossible en France, une jeune femme poursuit le système...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.