Les junior doctors ont eu (partiellement) gain de cause

Government shall not pass

Depuis fin 2015, les junior doctors anglais ont effectués une dizaine de jours de grève. La raison ? Un nouveau contrat de travail proposé par le gouvernement qui tentait de leur imposer  une réduction des plages horaires payées en heures sup’ en échange d’un revenu de base plus élevé. La semaine dernière, un compromis a été  trouvé.

 

Pendant près de six mois nous avons suivi les junior doctors dans leur combat contre la réforme gouvernementale de leur contrat de travail. Les jeunes médecins sont en effet montés au créneau pour empêcher la diminution des plages horaires payées en heures sup’ contre une augmentation du salaire de base. Un combat qui avait fait couler beaucoup d’encre. Normal puisque que le pays de Sa Gracieuse Majesté n’avait pas vu les médecins en grève depuis presque 40 ans. 

La semaine dernière, un compromis a été acté et il semblerait que chaque partie y ait trouvé son compte : d’un côté le gouvernement, de l’autre la British Medical Association (BMA), principal syndicat médical anglais. 

Alors qu’est-il sorti de ces quatre mois d’affrontement ? 

D’abord le salaire de base. D’après le quotidien The Guardian, il devait être selon la proposition gouvernementale initiale, augmenté de plus de 13 %. Il ne le sera dans la pratique que de 11 % maximum. En revanche, les jeunes médecins ont obtenu une élévation de 8 % de leur paie s’ils font des gardes régulières. 

Autre terrain sur lequel il a fallu faire des compromis : le travail les week-ends. Actuellement compté comme temps de travail classique, il devrait bénéficier dans un futur proche d’une majoration à hauteur de 10 % maximum si les junior doctors passent plus de sept week-end par an à leur poste. 

Dernier point saillant à retenir, la création d’un système de garants du temps de travail des jeunes médecins. Une idée à laquelle tenait fermement le BMA, et qui se traduirait par la création de quelques nouveaux postes. Chaque établissement dépendant du NHS devrait réunir incessamment une commission pour élire ces représentants. 

Les juniors doctors sont donc sortis partiellement vainqueurs de cette longue période de grève. Et si toutes les revendications n’ont pas été entendues par le gouvernement, il semblerait que la majorité d’entre elles aient été abordées et traitées. Des négociations fructueuses dont l’efficacité pourrait tenir, selon la BBC, à l’exemplaire cohésion des junior doctors qui avaient votés à 98 % pour la grève en automne dernier, et en moyenne 80 % d’entre eux ont participé à chaque manifestation. 

Une mobilisation impressionnante loin des mouvements existants en France ces dernières années.

 

Source: 

Johana Hallmann

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Seuls 28% des internes sont prêt À rester coûte que coûte...
Depuis l’annonce de la mort du professeur Christophe Barrat, les réactions se succèdent. Médecins et organisations professionnelles sont choqués par...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.