Les honoraires sont toujours plus beaux dans le pays d’à côté

En Belgique, on peut faire flamber les prix… ou pas

Alors que les libéraux français se soulèvent quand Manuel Valls annonce qu’il veut supprimer les dépassements d’honoraires, il est intéressant de noter qu’une polémique sur un sujet similaire a actuellement lieu en Belgique… et qu’elle suscite des réactions beaucoup plus mesurées.

Vérité en-deçà de Quiévrain, mensonge au-delà. C’est ainsi que l’on pourrait résumer la différence des réactions que l’on entend actuellement en Belgique et en France sur le sujet des dépassements d’honoraires. Chez nous, Manuel Valls s’est la semaine dernière attiré les foudres des syndicats de libéraux en proposant d’en finir avec les dépassements d’honoraires. Pendant ce temps-là, au pays d’Hergé, la liberté tarifaire pour l’équivalent de notre secteur 1 était peu ou prou décrétée… sans que cela suscite pour autant un émoi particulier. 

Posons le contexte. Chaque année, un budget maximal est défini pour les honoraires des 80 % de médecins belges conventionnés (les 20 % restant fixant librement leurs tarifs). « Quand ce budget est dépassé, il faut prendre des mesures de correction qui se traduisent généralement par des diminutions d’honoraires », indique le Dr Jacques de Tœuf, vice-président de l’Absym, le principal syndicat de médecin belges francophones.

Budget doublement dépassé

En l’occurrence, cette année, les partenaires sociaux de Belgique francophone se sont accordés sur une diminution des honoraires pour certaines spécialités. Jusque-là, rien de bien alarmant. Là où les praticiens ont fait la grimace, c’est au moment où le budget gouvernemental a lui aussi été dépassé, et qu’il a fallu de nouveau couper des vivres.

« Ici, l’accord médico-mutualiste (équivalent de notre convention médicale, ndlr) a été rompu puisqu’il est prévu que si des mesures supplémentaires d’économies sont annoncées, notre accord devient caduc », explique Jacques de Tœuf. 

« On leur conseillera d’augmenter leurs tarifs »

Le syndicaliste explique que cela introduit une véritable révolution dans le système. « Cela veut dire qu’à partir du 29 janvier, les médecins conventionnés pourront fixer librement leurs honoraires », ajoute-t-il. Mais il précise aussitôt que les praticiens belges n’augmenteront pas leurs tarifs de manière astronomique pour autant.

Seraient-ils plus raisonnables que leurs confrères de l’hexagone ? Assurément. « Nous leur conseillerons d’augmenter leurs tarifs à hauteur de 0,83 %, ce qui correspond à ce que les mesures d’économies leur ont confisqué », expose le syndicaliste. Une augmentation qui devrait bien sûr se répercuter sur le portefeuille du patient, qui verra la consultation passer de 24,87 à 25 euros. 

On est donc bien loin du tollé que provoque la proposition de Manuel Valls sur la suppression des dépassements d’honoraires… et on aimerait savoir quelle aurait été la réaction des médecins français du secteur 1 si on avait d’un seul coup instauré la liberté tarifaire.

Source: 

Johana Hallmann

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Le Snphare vient de déposer deux préavis de grève (29 octobre et 14 novembre) et fait part de ses propositions pour sauver l’hôpital public.

52% de nos internautes se moquent de la réforme des retraites. 
Très mobilisée sur la question des violences faites aux femmes, de l’accès aux soins des étrangers ou encore des questions migratoires, la Fédération...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.