Les biologistes médicaux lancent un appel à la fermeture totale des laboratoires de biologie médicale

Les quatre syndicats de biologistes (SDB, SNMB, SLBC, SJBM) appellent à une fermeture totale (toute la journée) des laboratoires de proximité, les 22, 23 et 24 octobre prochains. Selon eux, les restrictions budgétaires affichées par l’Assurance maladie et le gouvernement entraîneront la fermeture de laboratoires de proximité.

Le mécontentement et la colère couvent, grondent depuis trop longtemps chez les quatre syndicats de biologistes (SDB, SNMB, SLBC, SJBM) et les groupes de laboratoires de biologie médicale membres de l’APBM* qui appellent à une fermeture totale (toute la journée) des laboratoires de proximité, les 22, 23 et 24 octobre prochains.
 
Soutenus par la fédération nationale des syndicats des internes en pharmacie et biologie médicale, ils viennent également d'annoncer que les cas urgents habituellement traités dans ces laboratoires seront transférés vers l’hôpital public le plus proche.
 
Selon les représentants des biologistes médicaux, les réunions récentes avant la Cnam n’ont en effet pas permis d’« avancées significatives », déplore un communiqué commun daté du 21 octobre.

Rupture économique majeure

Et d’ajouter que les propositions de l’Assurance maladie (baisse du financement de plus de 10 % en 3 ans) les « placent dans une situation de rupture économique majeure » dans un contexte de « dégradation inéluctable de l’offre de biologie médicale de proximité ». Les conséquences des baisses envisagées seraient « la fermeture de nombreux laboratoires de proximité et le licenciement du personnel qui y travaille ».
 
Pour rappel, l’Assurance maladie et les biologistes médicaux ont entamé depuis quelques mois la négociation d’un nouveau protocole d’accord. Le protocole signé il y a six ans prévoyait quant à lui une augmentation annuelle de 0,25 % de l’enveloppe de dépenses.
 
Insuffisant pour les biologistes médicaux qui considèrent que cette « très faible augmentation » s’est avérée « tout à fait insuffisante pour suivre la croissance naturelle de la demande de biologie médicale liée à l’évolution démographique de la population (vieillissement, explosion des maladies chroniques…), à l’innovation et à l’apport incontestable des examens de biologie médicale pour établir les bons diagnostics et les bons traitements (70% des décisions médicales s’appuient sur un examen de biologie médicale). »

1 milliard d’économies en dix ans

Jusqu’à présent, les biologistes médicaux estiment qu'ils se sont restructurés de manière à faire 1 milliard d’économies en dix ans. Mais, s’ils ont réussi « à maintenir les laboratoires de proximité pour continuer à accueillir quotidiennement 500 000 patients », ils seraient aujourd’hui « au bout de cette logique et au bord de la rupture économique », poursuit le communiqué.
 
D’autant plus que les restrictions budgétaires affichées - l'Assurance maladie a annoncé une nouvelle prévision d'économies à réaliser sur les dépenses de biologie médicale en 2020, d'un montant de 170 millions d'euros -  représentent « presque le double du montant demandé sur la période précédente », déplore le communiqué.
 
Or, selon les représentants des biologistes médicaux, l’Assurance maladie et le gouvernement « se refusent à comprendre que ces 10 % d’économies demandés pour les trois prochaines années ne seront possibles qu’en fermant des laboratoires de proximité ». Car ces mesures qualifiées de « drastiques » impacteront « considérablement les 452 sociétés d’exercice libéral (SEL) de biologistes : environ 200 d’entre elles seront touchées de plein fouet et susceptibles de fermer. »
 
Or, « fermer des laboratoires de proximité, c’est contribuer à dégrader encore un peu plus l’offre de soins primaires consacrée aux patients français tout en renonçant à améliorer l’efficience économique du système de santé », conclut le communiqué.
 
* L'Association pour le progrès de la biologie médicale fédère les grands réseaux de laboratoires de biologie médicale français.

Portrait de Julien Moschetti

Vous aimerez aussi

West Haven Veterans Hospital (Connecticut)
Trois syndicats de chirurgie (UCDF, Le Bloc, CNJC) demandent la suppression de la loi anti-cadeaux qui empêche la participation des labos aux frais d...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.