L’enquête qui prend votre pouls

Le Cnom s’occupe de vous

Afin d’évaluer le bien-être des médecins, le Conseil national de l’Ordre des médecins lance une enquête de grande ampleur.

Etes-vous réellement en bonne santé ? Pour s’en assurer, l’Ordre et sa commission nationale d’entraide ont lancé, fin février, une enquête sur la santé des praticiens. Le questionnaire, anonyme, a été envoyé par mail à plus de 184 000 médecins. Il reste encore un mois pour y répondre. C’est la première enquête de grande ampleur sur le sujet.

Cette étude fait écho à celle lancée, l’année dernière, par le Cnom sur la santé des étudiants en médecine et des jeunes médecins. « Les résultats de l’enquête menée sur les jeunes nous avaient beaucoup interpellé », explique le Dr Patrick Romestaing, vice-président du Cnom. « Un quart des sondés se déclaraient un état de santé moyen ou mauvais et 15 % admettaient avoir déjà eu des idées suicidaires. » De quoi donner envie à l’Ordre d’aller voir du côté des séniors.

Déjà 10 000 répondants

D’autant que les retours de terrain n’ont rien de mirifique. « Nous avons eu écho d’un certains nombres de situations où les médecins étaient en difficulté pour des problèmes de santé allant jusqu’aux comportements addictifs », note Patrick Romestaing, qui rappelle que l’Ordre a aussi une mission d’entraide. « Emploi du temps chargé, fatigue, autodiagnostic… Les difficultés auxquelles sont confrontés les médecins sont nombreuses. »

Pour quantifier ces troubles, l’enquête propose une soixantaine de questions. Conditions de travail, état physique et mental du répondant, traitements et addiction potentiels... l’étude se veut la plus exhaustive possible. En moins d’un mois, environ 10 000 médecins ont répondu. « La réactivité de la profession nous a confirmé l’intérêt du sujet », estime le conseiller ordinal.

Un nouvel observatoire en devenir

L’Ordre espère publier les résultats avant l’été ou d’ici septembre au plus tard. Les conclusions de l’enquête serviront à créer un observatoire de la santé des médecins. « Actuellement, un tel observatoire n'existe pas », rappelle le vice-président du Cnom. « Pour l’instant, nous en sommes encore au stade de réflexion. Nous avons besoin des résultats de l’enquête pour aller plus loin. »

Patrick Romestaing imagine déjà mettre en place des établissements dédiés à la prise en charge des problèmes de santé des soignants comme c’est déjà le cas, par exemple, en Espagne. « Il existe déjà sur le territoire de nombreuses associations d’aide aux médecins en difficulté mais peut-être faut-il aller plus loin et investir l’Ordre de la mise en place de ce genre de structure. » Demain, si vous vous sentez patraque, préparez-vous à toquer à la porte de l’Ordre...

 

Source: 

Im`ene Hamchiche

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Une présidence « pour réformer »
Condamné en première instance à une radiation du tableau de l'ordre pour avoir diffamé des confrères, le Pr Philippe Even a vu vendredi dernier sa...
Chacun défend son bout de gras

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.