« L’agence de l’innovation en santé identifiera les entreprises qui portent des innovations dans le domaine des médicaments, ou des dispositifs médicaux »

Article Article

Lise Alter, a le plaisir de vous annoncer la naissance le 31 octobre 2022 de l’agence de l’innovation en santé. Lise Alter, ancienne directrice de l'évaluation médicale, économique et de santé publique à la Haute Autorité de Santé, est à présent directrice générale de l’agence de l’innovation en santé. Présentation a what’s up doc de ce nouveau bébé.

« L’agence de l’innovation en santé identifiera les entreprises qui portent des innovations dans le domaine des médicaments, ou des dispositifs médicaux »

Lise Alter, directrice générale de l’agence de l’innovation en santé, nous présente ses futures missions. 

What’s up doc : Qu’est-ce que l’agence de l’innovation ?

Lise Alter. : L’agence en innovation de santé a vocation à travailler en interministériel. Elle est rattachée à Matignon, a pour objectif de piloter le plan 2030 en santé. Elle coordonne les 7,3 milliards d’euros, dédiés à la santé.  Avec des stratégies d’accélération dans les domaines de la production de bio-médicaments, des stratégies innovantes en menaces NRBC, et des stratégies sur le numérique en santé, l’objectif est de faire de la France le premier pays en innovation en Europe à l’horizon 2030. L’agence a vocation à accélérer, anticiper et simplifier l’accès aux innovations en France sur toute la chaîne de valeur, en facilitant en amont, le transfert de technologie, la mise en place des essais cliniques et l’inclusion des patients. L’agence de l’innovation ne se substitue pas aux autres institutions existantes. Elle est là pour coordonner les travaux tout en accompagnant les projets innovants.

L’évaluation médicale, économique et de santé publique à la Haute Autorité de santé existe. Quelle est la différence avec l’agence de l’innovation ?

L A. : La HAS a une mission d’évaluation. Elle répond à la question : « Est-ce que la solidarité nationale doit prendre en charge le produit ? Doit-on le rembourser ou non pour faire simple ? »

L’Agence de l’innovation est un organe destiné à piloter la stratégie de l’innovation en France. Aujourd’hui il n’y a pas d’organe en interministériel qui détermine quelles sont les priorités en matière de santé et de recherche. L’objectif est d’accompagner les porteurs de projet en connectant l’amont et l’aval.

Il est important d’avoir des politiques de sites et des structures où sont liés les enjeux d’innovation et hospitaliers

Quels sont vos grands chantiers actuels ?

L A. : Le chantier France 2030. L’agence vient d’être créée il y a 3 semaines, je vais recevoir ma lettre de mission. Premièrement avoir une vision prospective de l’innovation en santé, c’est à dire anticiper ce qui va arriver pour bien l’intégrer dans le système de santé français. Faire également en sorte que les innovations aient le terreau nécessaire pour leur implantation en France, leur développement et leur mise sur le marché. Effectuer, ensuite, le pilotage, articuler le ministère de la santé, de la recherche et de l’industrie autour d’elle. Et surtout accompagner le porteur de projet.

L’agence, avec l’ensemble des institutions existantes et des organismes de recherches, identifiera les entreprises qui portent des innovations dans le domaine des médicaments, les dispositifs médicaux afin d’accompagner les porteurs de projet pour faire en sorte d’accélérer le processus.

Par exemple, en recherche clinique, on a des autorisations qui sont longue pour mettre en place la recherche clinique, je pense à l’inclusion des patients, au process d’évaluation de la HAS. L’objectif est que l’agence de l’innovation puisse pousser tous ces dispositifs pour ces projets prioritaires.

https://www.whatsupdoc-lemag.fr/article/des-traitements-2-millions-par-patient-financer-linnovation-est-un-casse-tete-pour-la-secu

Quels est concrètement son interaction avec les hôpitaux, et aura-t-elle un rôle à jouer dans la crise que traverse l’hôpital ?

L A. : L’agence aujourd’hui est en construction. La feuille de route n’est pas encore très précise. Elle a aussi pour objectif de s’ancrer dans les territoires, et de louer des partenariats avec l’ensemble des acteurs qui sont engagés. L’objectif de nouer une série de partenariats au niveau local, pour permettre de dupliquer tout ce qu’on fait au niveau national à l’échelle plus locale. Donc l’idée est d’accélérer aussi et d’animer ces interfaces et travaux en construction avec les régions pour que les innovations puissent émerger. Nous voulons avoir une cartographie de l’innovation pour que les beaux projets qui sont naissant au sein du territoire puissent nous être remontés.

Et de façon plus concrète ?

L A. : À travers nos relais en locaux, les choses vont monter en puissance progressivement. Nous allons commencer par prioriser un certain nombre de projets.

https://www.whatsupdoc-lemag.fr/article/nous-mettons-en-avant-les-initiatives-sante-portee-par-des-femmes-elles-sont-trop-discretes

Pourquoi voulez-vous favoriser l’émergence des IHU ?

L A. : Il est important d’avoir des politiques de sites et des structures où sont liés les enjeux d’innovation et hospitaliers. C’est un terreau très fertile pour identifier les cas d’usages. Aujourd’hui nous voulons favoriser les rencontres. Il ne faut pas seulement des chercheurs dans leur coin mais un chercheur, un médecin et un industriel ou un entrepreneur.

0 commentaires (s)

Les gros dossiers

+ De gros dossiers