La gouvernance hospitalière, première cause de souffrance au travail pour les PH

Conflits avec la direction, la hiérarchie médicale... Les causes de la souffrance au travail des PH font l'objet d'un bilan de l'observatoire de la souffrance au travail de Action praticien hôpital. Ça commence à suffire !

L’observatoire de la souffrance au travail (OSAT-APH) vient de rendre public son premier bilan, pas franchement réjouissant. Lancé le 7 décembre 2017 par Action praticiens hôpital (APH) - qui a relancé les travaux du SNPHARE - l’OSAT-APH est en fait une plateforme en ligne qui permet aux praticiens hospitaliers qui le désirent de témoigner de leur souffrance au travail. L’APH fait ainsi une veille sur l’épidémiologie de la souffrance au travail, mais aussi tente de répondre autant que faire se peut aux situations individuelles. 

64 déclarations de souffrance au travail

Sur 2018, l’OSAT a reçu 64 déclarations dont 23 proviennent de CHU, 36 de CH et 5 d’EPSM. Premier résultat inquiétant, le niveau de souffrance au travail sur une échelle de 1 à 10 est évalué à 8, avec un danger imminent dans 50% des cas. 

Les principales causes de la souffrance au travail sont, pour 55% des déclarants, la gouvernance hospitalière, pour 48% un dialogue impossible avec les responsables de service ou de pôle, pour 47% une surcharge de travail, et pour 44% une présomption de harcèlement moral au travail. Le harceleur présumé était dans 61% des cas la direction, ou la hiérarchie médicale dans les mêmes proportions. Comment se manifestait ce harcèlement ? Dévalorisations implicites et sournoises (82%), mépris (79%). 

Troubles du sommeil

Principales conséquences de cette souffrance au travail, des troubles du sommeil dans 81% des cas, des troubles anxio-dépressifs (59%), des troubles alimentaires (41%). La souffrance au travail avait entrainé un arrêt de travail de plus de deux semaines dans 36% des cas et/ou avait entrainé des difficultés dans le couple et avec les enfants dans 22%. 

Les spécialités les plus concernées par la souffrance au travail sont l’anesthésie-réanimation, la psychiatrie, la pharmacie et la médecine d’urgence. Les femmes ont été deux fois plus déclarantes que les hommes. 20% des déclarants sont chefs de service ou chefs de pôle. 

Les déclarants ont cherché un soutien auprès du supérieur hiérarchique (30%), le président de CME (33%), et le médecin traitant (30%), le médecin du travail (56%), le conseil départemental de l’ordre des médecins (CDOM) (13%), le CNG (11%), un avocat (11%), et l’ARS (9%). 

Dans 64% des cas, les réactions étaient compréhensives, et dans 31% des cas incitaient au départ. 

L’OSAT avait été originellement créé par le SNPHARE en 2009, plus spécifiquement par le Dr Max-André Doppia, décédé le 13 novembre 2017. Son passage sous pavillon APH a permis d’élargir la prise en charge de la souffrance au travail à l’ensemble des praticiens hospitaliers. 

Parallèlement à la création de l’OSAT s’est également mise en place une association de lutte contre le harcèlement des praticiens au travail, l’association Jean-Louis Megnien, du nom de ce professeur de l’HEGP qui s’est suicidé en 2015. Pour cause de harcèlement. Car parfois, ça tue. 

Portrait de Jean-Bernard Gervais

 

Vous aimerez aussi

Le ministère de la Santé vient de communiquer sur la mise en branle du plan Ma santé 2022. Des mesures prioritaires, à destination des médecins,...
Si vous optez pour les téléservices, vous aurez droit à une aide financière pour vous accompagner dans l’aménagement de votre structure. La...
APH et Jeunes médecins dénoncent la désocialisation et la défiscalisaiton des heures supplémentaires, qui risquent de porter un coup aux retraites...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.