Homéopathie : le mode d'évaluation pas adapté ???!!!

Auditionnés hier par la Haute autorité de santé (HAS), les experts des labos fabricants d'homéopathie ont fait valoir que le mode d'évaluation de l'efficacité de l'homéopathie n'était "pas adapté". Du pain béni pour les #NoFakemed qui s’en sont donné à cœur joie.

Lors d’une ultime audition par la Haute autorité de santé (HAS) le 12 juin, les experts des laboratoires fabricants ont brandi une fois de plus l’argument classique des pro-homéopathie : ces produits ne peuvent pas être évalués comme des médicaments conventionnels, car pour une même maladie, le traitement peut être différent en fonction des caractéristiques des patients.
 
« J'ai eu l'impression que nous n'étions pas devant la bonne commission (...), cette audition n'était pas du tout adaptée à notre pratique », a fait valoir l'un des experts, le médecin homéopathe Jean-Lionel Bagot.
 
Riposte cinglante de Jean-Jacques Fraslin, pourfendeur de l’homéopathie avec les #NoFakemed, qui était convoqué le même jour au tribunal correctionnel de Créteil pour se défendre d’une plainte pour diffamation : « Pour une vraie évaluation, ils auraient dû prendre le train à la gare de King's Cross, voie 9¾ ».

 
Également auditionné par la HAS, un autre expert, le Dr Bernard Poitevin, a déroulé l’argumentaire : « Nous ne venions pas défendre un médicament mais une stratégie thérapeutique qui s'adapte à chaque patient ». Or, « on nous a enfermés dans une discussion concernant des médicaments ». Des médicaments qui ne pourraient pas être évalués comme des médicaments conventionnels...

Il fallait s’y attendre, Jean-Jacques Fraslin a de nouveau fait parler la foudre sur Twitter : « Les granules homéopathiques étant tous, quelque soit leur nom, composés de lactose et de saccharose, sans principe actif décelable, cette prétention démontre le niveau d'absurdité atteint par les 3 experts de Boiron, Weleda et Lehning. Ce n'est pas quantique mais pathétique. »
 

Prochain épisode ? Le 26 juin. La commission de transparence de la HAS adoptera son avis définitif sur le déremboursement ou non de l'homéopathie et annoncera son verdict deux jours plus tard. Après cet avis, la décision finale reviendra au gouvernement.

Portrait de Julien Moschetti

Vous aimerez aussi

Dans le cadre de la réforme du deuxième cycle des études médicales, l’Anemf (Association nationale des étudiants en médecine de France) a travaillé...
Appel au Premier ministre

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.