Etudiants en soins infirmiers : entre réquisitions et primes exceptionnelles

Si internes et externes sont chouchoutés par l'exécutif, les étudiants en soins infirmiers, dont la mobilisation est actuellement capitale, ne sont pas en reste. 

Si les externes et les internes ne sont pas épargnés dans la période actuelle de recrudescence de l'épidémie de Covid19, les étudiants en soins infirmiers sont aussi mis à rude contribution. Dans un récent post, le Collectif Inter-urgences regrette la "réquisition forcée des étudiants Infirmiers à l'Hôpital de Toulouse pour des missions d’Aides Soignants rémunérées 1,50€/h et donc une formation tronquée". Le Collectif reproduit un message officiel, dans lequel l'exécutif annonce que "dans le cadre de la reprise de l'épidémie et des fortes tensions que connaissent les établissements de santé, les cadres des services où vous êtes affectés en stage (CHU et hors CHUà) peuvent vous solliciter sur des missions aide-soignant au regard de leurs besoins RH. C'est une contribution à la gestion de crise demandée par le ministère aux étudiants en santé et donc ce n'est pas sur la base du volontariat mais bien sur celle des besoins du terrain. [...] Ces affectations sont comptabilisées comme tu temps de stage et ne sont pas rémunérées par l'établissement."

 

Réquisition forcée des étudiants Infirmiers à l'Hôpital de Toulouse pour des missions d’Aides Soignants rémunérées...

Publiée par L'Inter-Urgences sur Jeudi 5 novembre 2020

Parallèlement, dans le Jo du 10 novembre, le ministère de la Santé faisait paraitre un arrêté du 6 novembre "relatif à l'indemnité exceptionnelle de stage versée aux étudiants en soins infirmiers de deuxième et troisième années durant la période de crise sanitaire". "Lorsque la situation d'urgence sanitaire sur le territoire liée à l'épidémie de la Covid-19 le justifie, une indemnité exceptionnelle, cumulable avec l'indemnité visée à l'article 15 de l'arrêté du 31 juillet 2009 susvisé, est versée aux étudiants en soins infirmiers de deuxième et troisième années lors de leurs périodes de stage", énonce cet arrêté. Pas de quoi devenir riche, néanmoins : cette indemnité est d'un montant de 98,50 euros hebdomadaire en deuxième année, 86,50 euros hebdomadaires en troisième année. Cette indemnité, financée par l'assurance maladie, est versée par l'ARS de la région d'implantation le mois suivant la fin du stage. Mais ce n'est pas tout : lors de l'examen du PLFSS 2021 au Sénat ce mardi, le ministre de la Santé Olivier Véran a annonce le versement d'une indemnisation exceptionnelle de 550 euros par mois pour les étudiants en formation paramédicale. À coup de shlass et de bisous, il est dit qu'on les fera bosser ces ESI...

Portrait de Jean-Bernard Gervais

Vous aimerez aussi

ENTRETIEN - La directrice générale de Santéclair, Marianne Binst, estime qu’il est possible de travailler avec les médecins, dans l’intérêt des...
Agnès Buzyn a réuni le 20 septembre des professionnels de santé pour échanger, sous la forme d’ateliers, sur trois mesures du pacte de refondation...
Vous souhaitez prescrire un arrêt de travail ? Réaliser un protocole de soins ? Une déclaration « médecin traitant » ? Rien de plus simple : en vous...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.