Emmanuel Macron confirme la déprogrammation immédiate de tous les soins non urgents

Dans son adresse aux Français le président de la République, entre autres choses, a confirmé la déprogrammation des soins non urgents, annoncés plus tôt par la direction générale de la santé (DGS). 

Dans son adresse aux Français, Emmanuel Macron n’a pas pu s’empêcher de faire du « enmemetempisme » : « Dans le même temps, notre système de santé, notamment dans les services de réanimation, doit se préparer à accueillir de plus en plus de cas graves de Covid-19 et continuer à soigner les autres malades. » À cette fin, des places doivent se libérer dans les hôpitaux, a rappelé le président de la République. Outre la mobilisation des étudiants en médecine et des médecins retraités, appelés à rejoindre la réserve sanitaire, le président a aussi annoncé un report des soins non essentiels, « c'est à dire les opérations qui ne sont pas urgentes, tout ce qui peut nous aider à gagner du temps ». Emmanuel Macron a également salué la mobilisation du Samu de Paris, « une mobilisation magnifique, émouvante, exemplaire, où des étudiants, à quelques mois de leur concours, étaient là pour répondre aux appels, aider, et où des médecins à peine retraités étaient revenus pour prêter main forte ». Le président a ajouté que « Le Gouvernement mobilisera tous les moyens financiers nécessaires pour porter assistance, pour prendre en charge les malades ». Une annonce qui fera chaud au cœur des soignants investis dans le Collectif inter hôpitaux…. 

Recherche

Sur le versant de la recherche, Emmanuel Macron a annoncé que « de nombreux programmes français et européens, essais cliniques, sont en cours pour produire en quantité des diagnostics rapides, performants et efficaces ». Et d’ajouter : « Les protocoles ont commencé. J'espère que dans les prochaines semaines et les prochains mois, nous aurons des premiers traitements que nous pourrons généraliser. »

 

Message de la DGS

Dans un message diffusé plus tôt dans tous les hôpitaux, la direction générale de la santé avait annoncé la déprogrammation « immédiate des interventions chirurgicales non urgentes avec réanimation post-opératoire ou surveillance continue sans mise en cause du pronostic vital ».  Et d’ajouter : « Il est demandé à tous les établissements de santé publics et privés de déprogrammer sans délai toutes les interventions chirurgicales non urgentes nécessitant un recours à la réanimation post-opératoire ou à la surveillance continue, en ayant une attention particulière aux patients suivis en cancérologie. Il s’agit de libérer des capacités de lits de réanimation (et plus généralement de soins critiques et de SSPI) pour prioriser l’accueil de patients COVID-19. Il s’agit également de ne pas exposer les malades concernés à un risque d’exposition infectieuse."

Portrait de Jean-Bernard Gervais

Vous aimerez aussi

Professeur de santé publique et ancien directeur de l’Ecole des hautes études en santé publique (EHESP), le Pr Antoine Flahault est aujourd’hui...
Sur le parvis de Matignon, deux ministres étaient présents, ce lundi, pour signer officiellement les accords du Ségur de la santé. “Cet effort...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.