Dr Vincent Valinducq, du stéthoscope au plateau TV

Hybride de la sympathie de Michel Cymes avec le sourire de Yann Barthes, Vincent Valinducq, jeune médecin de 37 ans, est le présentateur d’un nouveau programme TV de France 5 « Zones bleues, les secrets de la longévité». Rencontre avec un aventurier.
 

WUD : Comment passe-t-on de la salle de garde au plateau de TV ?

VV : J’ai un parcours atypique : je viens d’une famille où mon grand-père, mon père puis mon frère sont dockers. Depuis enfant je rêvais d’être médecin, mais pour ma mère c’était plutôt « passe ton brevet d’abord » ! À 18 ans, j’étais donc sur le port du Havre. Comme je marchais bien à l’école, j’ai négocié pour continuer quand même mes études ; une première dans la famille. J’ai donc fait de la bio et travaillé dans l’industrie pharma, tout en restant docker pendant cinq ans. À 24 ans, je n’avais toujours pas abandonné mon rêve, je décide de tout plaquer et de me lancer dans la médecine. La suite, c’est une succession d’opportunités et de rencontres, on m’a proposé plusieurs concepts, jusqu’à cette incroyable aventure.
 

WUD : On t’a donc proposé plusieurs concepts avant les «Zones bleues » ?

VV : Oui, je me souviens notamment d’une sorte de TV réalité, où on me proposait d’être le Stéphane Plaza de la médecine : aller dans les familles et donner mes recommandations sur l’hygiène de vie ou l’alimentation des enfants par exemple… Je crois que le principe de l’émission est tombé à l’eau !
 
 

WUD : Parle-nous de ton émission alors ?

VV : Il y a dans le Monde des zones d’extrême longévité, appelée « zones bleues ». Il y a ainsi une concentration élevée de nonagénaires et de centenaires à ces endroits de Sardaigne, Grèce, Costa Rica, Japon et Californie. L’idée du programme est d’aller à la rencontre des gens, et des experts scientifiques ayant publié sur le sujet, pour découvrir le secret de cette longévité. Je coprésente l’émission, en totale immersion, avec Angèle  Ferreux Maeght, chef cuisinière et naturopathe. Elle s’occupe de la partie alimentation bien être, et moi du côté médical.
 
 

WUD : Quel est l’intérêt pour un jeune médecin de participer à une émission télé comme celle-ci ?

VV : Notre cursus de médecine est très centré sur le curatif, pas la prévention. Or, l’alimentation, le mode de vie, sont très importants pour ne pas tomber malade. Le programme a l’audace de donner ce type d’information au grand public, le tout servi avec des images à couper le souffle. L’idée est de pouvoir rendre les gens acteurs de leur santé. À titre personnel, j’ai aussi beaucoup appris. Je consacre beaucoup plus de temps à la prévention dans mes consultations. Le tournage de la saison 1 a été une expérience géniale, m’a permis de rencontrer des gens extraordinaires, et puis de voyager aux quatre coins du Monde !
 
Le replay !!
 
 

Portrait de Jean-Victor Blanc

Vous aimerez aussi

Ciné week-end: Men, Women & Children de Jason Reitman (sortie le 10/12/2014)
Ciné week-end: Floride, de P. Le Guay (sortie le 12 août 2015)
Critique de "Quelle folie" de Diego Governatori (sortie le 9 octobre 2019).

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.