DoctoChrono, dengue, Ébola : La revue de presse de WUD !

Cannabis thérapeutique, Ebola, Épidémie de dengue,  chirurgien suspendu... Voici les sujets auxquels vous avez échappé cette semaine. Pour quelles raisons ? Tout simplement parce qu’ils ne rentraient pas dans la sacro-sainte ligne éditoriale de What’s up Doc, nous a parfois rétorqué le rédacteur en chef, pour ne pas le nommer. Il arrive aussi parfois que nous n’ayons tout simplement pas le temps de traiter les sujets, d’autres étant jugés prioritaires. Mais là ce soir, tout est permis !
 

Lundi : Édouard Philippe et le cannabis thérapeutique

 
Il ne faut pas "s'interdire d’imaginer l'utilisation à des fins thérapeutiques des molécules de cette plante (cannabis, NDLR). On doit pouvoir réfléchir à innover, à expérimenter, de façon très encadrée, il ne s'agit pas du tout de mettre en péril la santé publique, il s'agit au contraire d'identifier ce que l'on sait pouvoir utiliser pour apporter un bénéfice thérapeutique aux patients", a déclaré lundi Édouard Philippe. "Un bel encouragement" à poursuivre les travaux visant à rendre ce traitement accessible à des malades "dans un cadre médicalisé et sécurisé", a estimé la Fédération addiction.
 

Mardi : DoctoChrono suspend ses services

DoctoChrono se présentait comme « le premier service de conciergerie qui accélère l’organisation des rendez-vous et examens médicaux ». En contrepartie d'un paiement de 30 à 40 euros, la start-up promettait d'obtenir un rendez-vous très rapide pour un examen d'imagerie (IRM, scanner) ou auprès d'un spécialiste (ophtalmologie, urologie, dermatologie) « dans la journée ou en moins de 48 heures », rappelle Le Quotidien du médecin. Le Dr Jérôme Marty, président de l'UFML-Syndicat, à l’origine de la polémique sur les réseaux sociaux, dénonçait une nouvelle « marchandisation » du soin.  La société a décidé mardi soir, de suspendre son offre commerciale et son site.
 

Mercredi : un chirurgien suspendu par l’Ordre

 
Un chirurgien exerçant à Grenoble a été suspendu par le Conseil National de l'Ordre des Médecins (Cnom) pour une période de trois ans, dont 18 mois avec sursis, selon nos confrères de RTL. On lui a reproché de nombreuses fautes dans l'exercice de ses fonctions : un patient amputé, un autre en fauteuil roulant... Le Cnom a porté un jugement sévère sur la façon d'exercer du chirurgien : "Le Docteur V. ne s'est pas préalablement assuré qu'il disposait de tous les éléments nécessaires à la prise d'une décision opératoire". Celui-ci-n’aurait pas "pas respecté une technique opératoire conforme aux recommandations de bonnes pratiques de la Haute Autorité de santé sur la pertinence de la chirurgie des lombalgies".
 

Jeudi : Épidémie de dengue déclarée à Tahiti

 
Une épidémie de dengue de type 2 a été déclarée à Tahiti, qui est faiblement immunisée contre cette maladie, rappelle Le Figaro. Ce virus est transmis par le moustique et a sans doute été introduit par un patient porteur en provenance de la Nouvelle-Calédonie, elle-même touchée par une épidémie. Une grande partie de l'île n'est donc pas immunisée, ce qui fait craindre une épidémie de grande ampleur.
 

Vendredi : RDC : le virus Ebola accélère

Le virus Ebola se propage à une vitesse accélérée en République démocratique du Congo (RDC), selon la Croix-Rouge. Cent personnes seraient mortes ces trois dernières semaines et 18 nouveaux cas ont été confirmés au cours de la seule journée de mardi, rappelle Le Monde. Il s’agit de la dixième épidémie de fièvre hémorragique sur le sol congolais depuis 1976 et de la plus grave dans l’histoire de la maladie, après celle qui avait tué plus de 10 000 personnes en Afrique de l’Ouest (Guinée, Liberia, Sierra Leone) en 2014. 
 

Portrait de Julien Moschetti

Vous aimerez aussi

L’utilisation des données personnelles doit bénéficier aux usagers de santé avant de servir les intérêts des industriels.
Arthur, neurochirurgien, a gagné !

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.