CICR: hausse des incidents violents depuis le début de crise sanitaire

Le comité international de la Croix Rouge (CICR) a enregistré plus de 600 incidents de violence depuis le début de l’épidémie, dans 40 pays d'Afrique, Asie, Amérique et Proche et Moyen-Orient.

Le comité international de la Croix Rouge (CICR) a recensé quelque 611 incidents de violence physique, de harcèlement ou de stigmatisation, depuis le début de la crise sanitaire. Ce sont des incidents qui touchent des professionnels de santé mais pas que. Des patients ont aussi été pris à partie. 

Des soignants en danger

On compte plus de 20% d'agressions physiques, 15% d'actes de discrimination fondée sur la peur, et 15% d'attaques ou de menaces verbales. Ces chiffres regroupent 40 pays en Afrique, Asie, Amérique et Proche et Moyen-Orient. 

Dans ce communiqué de presse, Maciej Polkowski, qui dirige l'initiative du CICR « Les soins de santé en danger », se montre alarmiste. « Nombre des (personnels soignants) ont été insultés, harcelés ou victimes de violences physiques. Dans ce climat de peur souvent aggravé par un manque d'équipements de protection individuelle adéquats, les soignants ont été soumis à une pression supplémentaire qui a eu un impact sur leur santé mentale et physique et sur celle de leurs familles », s’afflige-t-elle. 

Appréhension et frustration 

La peur quant à la propagation du virus a été l’une des causes de ces excès de violences. Souvent, ce sont des familles de patients décédés de la Covid-19 ou qui avaient peur de voir leur proche mourir qui ont cédé à la colère. Autre cause, la frustration que certaines familles ont rencontrée face au renoncement des rituels funéraires. Notamment le fait de ne pas pouvoir récupérer le corps du défunt, en raison des mesures sanitaires liées à la pandémie. 

Concernant les attaques dirigées contre une personne, 67% avaient pour cible des personnels de santé, 22% des personnes blessées, malades ou soupçonnées d'être malades, et 5% des déplacés internes ou des réfugiés.

Lutter contre la désinformation

Le CICR souhaite que les gouvernements et communauté aient un rôle à jouer dans la diffusion d’information sur l'épidémie de Covid19. Le but est de diminuer cette désinformation, pour réduire ces actes de violences afin que les structures et personnels puissent travailler sans encombre.

Portrait de Mélanie Philips

Vous aimerez aussi

Une fois de plus, l’UOSSM alerte sur la prise pour cible des centres de soins en Syrie. Deux attaques en deux jours ont visé et détruit un centre de...
Presse auscultée. La semaine dernière, la Corée du Sud annonçait avoir réalisé 140 000 tests de Covid-19 depuis le début de l'épidémie, tandis que...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.