CHU de Guadeloupe : sortie de crise, avenir radieux

L’intersyndicale et la direction du CHU de Guadeloupe sont finalement tombés d’accord pour sortir de la grève qui durait depuis plus de deux mois. Les grévistes ont obtenu des avancées en termes humains et matériels. Mais il y a plus important.

Amorcé le 10 juillet, un mouvement de grève générale paralysait le CHU de Guadeloupe depuis le 23 juillet 2019. Après deux mois et demi de mobilisation, le 17 septembre, une sortie de crise a été trouvée entre l’intersyndicale menée par la CGT Guadeloupe (CGTG) et l’Union générale des travailleurs de Guadeloupe (UGTG), et la direction hospitalière.
 
Le directeur du CHU, Gérard Cottelon, salue un accord « positif » et « équilibré », qui « convient au deux parties ». Les engagements pris, assure-t-il, l’ont été dans l’optique d’une feuille de route. « Vous avez vu que ça a duré, parce que nous avons pris le temps de travailler les choses », explique-t-il ainsi. Un suivi régulier (tous les deux mois) est prévu avec l’intersyndicale pour accompagner les actes dans un processus à long terme.

À lire aussi : Grévistes et populations unis dans la contestation

Éteindre l’incendie, mais pas que

Premier point : l’aide de 20 millions d’euros annoncée par l’État a été reçue et attribuée à une cellule destinée à gérer l’urgence en termes d’achats indispensables (médicaments, réactifs, dispositifs médicaux, etc.), et ne sera pas remboursable.

 
Ensuite, près de deux ans après l’incendie d’une partie du CHU, la direction s’est notamment engagée à remettre le CHU aux normes, notamment au regard du désamiantage et à réintégrer le service d’accueil des urgences dans ses locaux initiaux, si cela est possible. Le pôle parents-enfants pourrait réintégrer ses locaux ou déménager.

Attendre et voir

Concernant les personnels, les différentes parties ont pris en compte les revendications d’ordre structurel comme organisationnel. Toujours dans le cadre des suites de l’incendie, l'accent sera mis sur le contrôle de la qualité de l’air ou encore sur la médecine du travail.
 
Sans avoir plus de détails en attendant la présentation officielle de l’accord, l’organisation de concours pour la montée en compétence et des créations de postes sont prévues. Mais, comme l’a souligné l’intersyndicale, le plus important est d’avoir pu tomber d’accord avec la direction sur un « état des lieux exhaustif » des besoins du CHU.

Le diamant brut

Parce qu’une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, et confirmant l’optimisme de Gérard Cottelon exprimé le 17 septembre, l’ARS de Guadeloupe a conforté les Guadeloupéens sur l’avancement du projet de nouveau CHU. « Notre chantier avance, et avance bien », a affirmé Jean-François Cayet, son directeur, comme le rapporte APMnews.
 
Résistance aux excès climatiques, bonnes conditions d’accueil et de travail pour les professionnels, des promesses en termes d’emplois, ce « navire amiral de l’offre de soins », sera « le renouveau du système de soins en Guadeloupe ». Livraison du bijou : fin 2022…

Portrait de Jonathan Herchkovitch

Vous aimerez aussi

Les sondages se suivent et se dégradent
L'ISNCCA refuse la domination des administratifs!
Deux syndicats de praticiens hospitaliers s'indignent de suspensions abusives décidées par des directeurs d'hôpitaux. Des procédures contre...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.