C’était il y a vingt ans : le 11 septembre, un attentat qui continue de faire des victimes

Malgré les vingt années écoulées, les attentats du 11 septembre continuent d’être meurtrier. D’après le Fonds d’Indemnisation, le nombre de personnes ayant succombé aux maladies liées à l’effondrement des tours serait désormais plus important que celui des victimes des attentats.

Un compteur qui ne cesse de grimper. Vingt ans après les attentats du 11 septembre, un rapport du Fonds d’indemnisation des victimes indique que les pathologies nées à la suite de ce tragique évènement auraient fait plus de victimes que l’attentat en lui-même. Une information glaçante alors que 3 000 personnes sont mortes le jour de l’effondrement des tours jumelles.

En tout, ce n’est pas moins de 67 000 demandes d’indemnisation qui ont été adressées à ce Fonds. Un panel conséquent émis majoritairement par les personnes habitant ou travaillant à proximité du lieu du drame. Alors que les tours s’effondraient, elles ont été exposées à une épaisse fumée toxique. Une nuage qui a recouvert la zone pendant plusieurs semaines.

La moitié de ces dossiers concerne des personnes ayant été victimes de cancer. 3 900 d’entre eux ont d’ailleurs été déposés par des proches de personnes décédées. « Ça veut dire que le bilan des personnes dont la mort semble avoir été causée par des maladies liées au 11-Septembre est désormais supérieur à celui des personnes mortes le 11-Septembre », analyse la responsable du fonds, Rupa Bhattacharyya.

C’est peu après cet évènement tragique que le Fonds a été créé pour les rescapés et les proches des disparus. Une short list qui a été élargie après que des cancers aient été détectés chez les pompiers et les personnes qui ont déblayé les gravats. En 2021, 900 nouveaux dossiers seraient d’ailleurs déposés chaque mois. « La tragédie du 11 septembre se poursuit », résume Rupa Bhattacharyya.

Portrait de Julia Neuville

Vous aimerez aussi

Épidémie, an 2. Didier Raoult sévèrement mis en cause par un avis du Comité d'éthique du CNRS ; épidémie contenue et « sous contrôle » au niveau...

En partenariat avec la CNAM, le groupe Point Vision vient de lancer un centre de téléconsultation ophtalmologique. Une expérimentation débutée il y a...

Épidémie, an 2. Entre traques, menaces et espoirs, la lutte contre le Covid-19 se poursuit.

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.