Cas en hausse : L'épidémie continue son ascension

Santé Publique France a publié hier soir son point épidémiologique hebdomadaire sur l’épidémie de coronavirus. Alors qu’un troisième confinement national vient d’être décidé, les indicateurs continuent de se dégrader. 

22 % de nouveaux cas de contaminations ont été recensés la semaine dernière. C’est l’un des chiffres inquiétants qui ressort des dernières données partagées par Santé Publique France, ce jeudi 1er avril. « En semaine 12, dégradation de tous les indicateurs sur l’ensemble du territoire métropolitain », poursuit sobrement l’Institution dans son point épidémiologique hebdomadaire.

En tout, 258 830 nouveaux cas de contaminations ont été comptabilisés du 22 au 28 mars - soit presque 37 000 nouveaux cas en moyenne chaque jour. Une augmentation de l’incidence qui a été observée dans toutes les classes d’âge. « Chez les 75 ans et plus, après une amélioration à partir de la semaine 05, les indicateurs sont en augmentation depuis deux semaines », précise Santé Publique France.

Une situation de tension qui va de pair avec la circulation importante du variant anglais sur le territoire national. Selon les dernières données disponibles, la proportion de suspicions de contamination au variant britannique s’élèverait actuellement à 79,8 %. « Les résultats de l’enquête Flash #5 conduite le 16 mars 2021 confirment la prédominance du variant 20H/501Y.V1 (UK), qui représentait 83% des séquences interprétables », précise Santé Publique France. La part des variants sud-africain et brésilien, quant à elle, reste stable, culminant actuellement à 4,4 %.

Cette conjoncture épidémique inquiétante se répercute logiquement sur les établissements de santé.  « Le taux hebdomadaire d’hospitalisation a continué d’augmenter en semaine 12 (+16 % par rapport à semaine 11) et le nombre de patients Covid-19 hospitalisés restait très élevé, avec 28 570 personnes hospitalisées le 30 mars », souligne Santé Publique France. Même topo du côté du taux d’admission dans les services de soins critiques. « + 13 % par rapport à semaine 11 », indique l’organisation de santé.

Pour la première fois depuis sept semaines, le nombre de décès toutes causes et tous âges confondus n’a pas été épargné par cette tendance à l’augmentation. « [Il] était supérieur à l’attendu et repartait en légère hausse », note SPF. Et d’ajouter : « Le nombre de décès était supérieur à celui attendu dans cinq régions : Auvergne-Rhône-Alpes, Grand Est, Hauts-de-France, Ile-de-France et Provence-Alpes-Côte d’Azur. »

La vaccination, quant à elle, augmente doucement mais continue d’être très partielle. Au 30 mars, « 1, 8 284 391 personnes [avaient] reçu au moins une dose de vaccin contre la COVID-19, soit 12,3% de la population en France », indique Santé Publique France.

Face à ce contexte épidémique dégradé, Santé Publique France rappelle - comme chaque semaine - l’importance des gestes barrières. « Des mesures supplémentaires de réduction des contacts sont nécessaires sur l’ensemble du territoire. », insiste pour autant l’Institution.

Portrait de Julia Neuville

Vous aimerez aussi

Presse auscultée – Ce lundi 12 avril, l’Etablissement Français du Sang Grand Est a organisé une collecte dans un décor particulier. Celui du Musée d’...

Il ne fait aucun doute que les confinements ont des conséquences sur le bien-être et la santé mentale des populations. Mais comprenons-nous bien le...

70 % des maladies infectieuses émergeantes proviendraient de nos amis les bêtes sauvages. En conséquence, l’OMS exige la suspension de la vente de...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.