Biologie médicale : les médecins libéraux soutiennent la grève

La Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) soutient le mouvement des médecins biologistes annoncé le 17 septembre. Ils craignent que l’accès à la biologie médicale de proximité ne soit en danger.

Qui a dit que la biologie médicale était une spécialité marginalisée dans la communauté médicale ? En plein mouvement de contestation contre les 170 millions d’euros d’économies annoncées par l’assurance maladie pour 2020, les médecins biologistes ont reçu un soutien de poids : celui de la CSMF. Elle « comprend la colère des biologistes et soutient le mouvement qui vient d’être décidé par la plateforme intersyndicale qui réunit tous les acteurs de la biologie médicale », annonce-t-elle dans un communiqué le 19 septembre.
 
Par la voix de son président, Jean-Paul Ortiz, elle entend alerter le gouvernement et l’assurance maladie sur le risque que représente cette nouvelle restriction budgétaire, qui intervient « après plusieurs années de contraintes fortes sur les dépenses de biologie médicale, avec des conséquences importantes sur ce secteur ».

Le tube est plein

Pour les autres médecins libéraux se profile ainsi une fermeture massive des laboratoires de proximité, détruisant ainsi le maillage territorial en place. Lors de leur conférence de presse du 17 septembre, les biologistes avaient en effet souligné qu’en France, l’immense majorité des Français a accès à un laboratoire de ville à moins de 20 minutes de son domicile. Ce qui ne devrait pas durer.
 
« Cela se traduirait immanquablement par une augmentation des délais de rendu d'examens, notamment ceux qui sont urgents, avec risque d'embolisation supplémentaire des services des urgences », estime la CSMF. Elle appelle le gouvernement à renoncer à de nouvelles réductions budgétaires, notamment au regard des efforts déjà consentis ces dernières années.
 
Retrouvez la Consult’ de Lionel Barrand, président du Syndicat des jeunes biologistes médicaux

Portrait de Jonathan Herchkovitch

Vous aimerez aussi

Dans son rapport d’activité 2018, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) rapporte une explosion du nombre de signalement de tensions d’...
Suite à notre récente interview de la directrice générale de Santéclair, Marianne Binst, à propos de la campagne de communication à l’origine de la...
La ministre de la Santé a finalement annoncé officiellement le déremboursement des spécialités homéopathiques… pour le 1er janvier 2021 ! Elle...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.