Biogaran : la société française Benta a déposé une offre de rachat

Article Article

La société pharmaceutique française Benta Lyon a déposé samedi une offre pour racheter Biogaran, le numéro un des génériques en France qui appartient au laboratoire pharmaceutique Servier, a indiqué à l'AFP un expert du secteur.

Biogaran : la société française Benta a déposé une offre de rachat

La proposition de rachat, déposée auprès de la banque Lazard, est comprise "entre 800 et 900 millions d'euros", a précisé cette source.

Ce montant est "supérieur" aux offres des deux groupes pharmaceutiques indiens, Torrent Pharmaceuticals et Aurobindo Pharma, également candidats à ce rachat, ajoute le spécialiste.

Le montage de l'opération prévoit, selon lui, un financement par de la dette et via un fonds d'investissement européen qui serait minoritaire.

Cette offre est la seule émanant d'une société française.

Benta souhaite s’étendre d’avantage

Le fonds d'investissement britannique BC Partners est également en lice.

Le délai de dépôt des offres, qui était fixé au 11 juin, a été étendu.

Benta, qui avait repris en 2020 le site Famar à Saint-Genis-Laval, près de Lyon à la barre du tribunal de commerce, produit et commercialise des médicaments, dont des génériques, ainsi que des dispositifs médicaux.

La part des génériques représente 30% de son activité à l’heure actuelle.

L'entreprise compte parmi ses clients le géant Sanofi, les laboratoires Delbert ou encore l'américain Procter and Gamble, qui a conservé une gamme de produits de santé en vente libre.

Benta se réserve le droit d’enclencher une procédure de contrôle afin de garder une souveraineté sanitaire en France 

A côté des génériques et des molécules essentielles, Benta Lyon fabrique aussi des produits de commodité, dont le paracétamol, dans son usine de Saint-Genis-Laval.

Benta Lyon, qui appartient à la holding française Benta SAS, propriété de l'investisseur libanais Bernard Tannoury, compte 118 collaborateurs et prévoit 24 millions d'euros de chiffre d'affaires cette année.

https://www.whatsupdoc-lemag.fr/article/medicaments-biosimilaires-et-si-lhistoire-des-generiques-se-repetait

Face à un risque de délocalisation de la production, l'exécutif français s'est réservé la possibilité d'activer la procédure de contrôle des investissements étrangers en France en cas d'éventuelle reprise de Biogaran par un acteur étranger.

L'enjeu en termes de souveraineté sanitaire est important car Biogaran détient près d'un tiers du marché des médicaments génériques en France et une boîte de médicament sur huit est vendue sous sa marque en pharmacie.

Avec AFP

0 commentaires (s)

Les gros dossiers

+ De gros dossiers