Assises parisiennes de la santé : on cherche les médecins

Des praticiens à la tribune, mais pas dans les discours

La maire de Paris a lancé ce matin ses Assises de la santé, un exercice de démocratie sanitaire qui doit l’aider à définir ses priorités dans le secteur. Les médecins étaient présents, mais la profession était loin d’être au cœur des débats.

 

La foule des grands jours se pressait ce matin dans l’amphi de l’hôpital des Diaconesses, à Paris. Et pour cause : Anne Hidalgo, la maire de Paris, y lançait ses Assises de la santé, grand processus de consultation populaire qui doit permettre à la municipalité d’identifier les pistes d’amélioration pour le secteur.

A la tribune, les médecins ne manquaient pas. Les participants ont pu entendre le Dr  Nathalie Sénécal, directrice de l’Observatoire régional de la santé, le Dr Laurent El Ghozi, président de l’association « Elus, santé publique et territoires », le Dr Paul Jacquin, responsable de la maison des ados à Robert Debré, ou encore le Dr Jeanine Rochefort, déléguée régionale de Médecins du Monde… Même le Dr Michel Cymes est venu faire une petite apparition en guest star.

Silence sur les déserts

Mais bien qu’ils aient eu la parole, les médecins étaient très peu présents dans les discours. Si certains participants étaient venus entendre parler de la désertification médicale qui guette certains arrondissements de la capitale, ou encore des difficultés d’installation des libéraux, ils en ont été pour leurs frais.

A peine effleurés, ces sujets ont largement été éclipsés par des thématiques telles que la pollution, les salles de consommation à moindre risque, les transports, l’activité physique, l’exclusion… « Dans la santé, il n’y a pas que le soin », a résumé Laurent el Ghozi.

Certes, les villes n’ont que peu de compétences en matière de santé… Mais on aurait pu s’attendre à ce que la municipalité fasse par exemple un premier bilan de son dispositif d’aide à l’exercice regroupé Paris-Med (mot prononcé une seule fois en plus de deux heures de discussions).

Le médecin au cœur du système de santé, une image du passé ?

Ce sentiment de déconnexion entre les préoccupations des médecins et celles des autres acteurs du monde de la santé, What’s up Doc l’avait déjà éprouvé il y a quelques mois, dans un contexte bien différent : celui de CHAM, la conférence annuelle organisée à Chamonix par le Pr Guy Vallancien. Que l’on parle de l’avenir de la santé à l’ombre du Mont Blanc, ou que l’on soit focalisé sur la politique locale à Paris, les médecins doivent se faire une raison : ils ne sont plus au centre du système de santé.

Mais la bonne nouvelle, pour ce qui est des assises parisiennes de la santé, c’est que tout le monde pourra prendre la parole. Les médecins de la capitale qui le souhaitent pourront toujours, s’ils désirent faire entendre leur voix, participer aux différentes réunions qui seront organisées dans ce cadre sur cinq thèmes : « santé des enfants », « santé des jeunes », « santé des personnes en grande précarité », « santé et territoire », « accès aux soins et à la prévention – parcours de santé », et « santé des personnes en perte d'autonomie ».

La démocratie participative a du bon !

Source: 

Adrien Renaud

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Des applis qui envoient un médecin au domicile des patients voient (enfin) le jour aux Etats-Unis
L'Assemblée Nationale a adopté, ce 20 décembre, la proposition de loi sur les réseaux de soins mutualistes

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.