USA : un cadre de l'industrie pharmaceutique à la Santé

Mais c'est un Azar

Le Sénat américain a confirmé ce mercredi la nomination d’Alex Azar comme secrétaire à la Santé de l’administration Trump. Le petit nouveau a dirigé jusqu’à l’année dernière la filiale américaine du laboratoire pharmaceutique Lilly. Un mélange des genres à la Trump !

Un climatosceptique à l’Environnement, une bigote à l’Éducation, et maintenant un cadre de l’industrie pharmaceutique à la Santé. On peut reprocher beaucoup de choses à Donald Trump, mais deux choses sont sûres : il ne fait pas les choses à moitié, et ne se cache pas. Quand il fonce dans le mur, il y va à fond.

Et le Sénat, à majorité républicaine – malgré quelques contestations –, le suit parfois. C’était le cas ce mercredi, lorsqu’il a confirmé la nomination d’Alex Azar comme secrétaire à la Santé, l’équivalent du ministre français des Solidarités et de la Santé. À 55 voix contre 43.

Un homme… d’expérience

L’homme de 50 ans n’est pas un novice. Le diplômé de la prestigieuse université de Yale a passé quelques années dans les couloirs du secrétariat à la Santé, sous l’administration Bush Junior. Il y avait grimpé les échelons, avant de le quitter pour… l’industrie pharmaceutique. 

Il avait en effet rejoint le groupe Lilly en 2007, dont il avait fini par diriger la filiale américaine jusqu’à l’année dernière. Choisi par Donald Trump en novembre, il vient remplacer Tom Price, qui avait démissionné à la fin du mois de septembre. Le chirurgien orthopédique avait fait les frais d’un petit scandale de dépenses pour des déplacements professionnels abusifs en avions privés.

Le pompier pyromane

Avant même son arrivée, Alex Azar a déjà quelques dossiers chauds qui l’attendent sur son bureau. La crise des opioïdes, mais aussi la gestion de l’envolée des prix des médicaments. C’est d’ailleurs la raison principale avancée par Donald Trump pour son recrutement. Avec sa subtilité habituelle.

"Heureux d'annoncer que je nomme Alex Azar comme prochain secrétaire à la Santé. Il sera une star pour de meilleurs soins et des médicaments moins chers !"

Un ancien cadre pharmaceutique connaisseur de la politique de santé au secrétariat à la Santé. Après tout, pourquoi pas ? Sauf que pendant son passage chez Lilly, le laboratoire s’est permis de faire grassement grimper ses marges ! Alex Azar, pompier pyromane de l’administration Trump ?

Mais bon, lors de son audience au Sénat, il a témoigné de son intention de faire baisser les prix, et de promouvoir plus de concurrence entre les laboratoires. Ne préjugeons donc pas ! En attendant, il s’est tout de même déclaré en opposition avec une idée démocrate, qui avait l’air de séduire Trump : laisser le gouvernement négocier directement les tarifs pour Medicare. Pas vraiment détaché des labos, au final !

Source: 

Jonathan Herchkovitch

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Le président de la Collectivité territoriale de Guyane a entamé des pourparlers avec les autorités cubaines pour faire venir en Guyane une centaine...
L’année dernière, plusieurs universités japonaises avaient reconnu qu’elles abaissaient les notes des jeunes femmes pour limiter leur proportion dans...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.