Une femme médecin candidate à la présidentielle américaine

Il n’y a pas que Clinton et Trump dans la vie

La candidate du Green Party à l’élection présidentielle américaine a été officiellement désignée le week-end dernier. Elle s’appelle Jill Stein, et elle est médecin.

 

Il y a une femme médecin parmi les candidats à l’élection présidentielle américaine. Oui, vous avez bien lu et non, vous ne venez pas de découvrir en Hillary Clinton une consœur cachée. La praticienne en question est le Dr Jill Stein et elle représente le Green Party, dont elle a reçu l’investiture à Houston le week-end dernier.

La soixantaine rayonnante, cette diplômée de la Harvard Medical School n’en est pas à son coup d’essai en politique. En 2012 déjà, elle avait défié Barack Obama et Mitt Romney, recueillant 0,4 % des suffrages.

Pour 2016, l’impopularité des deux principaux candidats est telle qu’elle est actuellement créditée de 2 à 6 % des intentions de vote. La troisième place lui est disputée par le libertarien Gary Johnson, qui tourne quant à lui autour de 8 %.

Antivaxx or not antivaxx ?

Le programme de Jill Stein ne reflète pas spécialement sa profession de médecin, et insiste plutôt sur les questions d’écologie et de justice sociale. Ce qui n’empêche pas la praticienne d’être attaquée pour ses positions ambigues en matière de santé.

La candidate a en effet visiblement peur de se couper du mouvement anti-vaxx qui constitue, à son corps défendant, une partie de son électorat potentiel. Pressée fin juillet sur les réseaux sociaux de se prononcer sur les dangers de l’immunisation, elle a par exemple choisi une formulation plus que prudente. « Je n’ai pas connaissance de preuves liant vaccination et autisme », a-t-elle tweeté fin juillet.

Les médecins maudits

En dehors de la candidate verte, au moins deux autres médecins s’étaient présentés à l’élection 2016 : le neurochirurgien Ben Carson, et l’ophtalmo Rand Paul. Tous deux ont été sèchement éliminés lors de la primaire républicaine.

Tout porte à croire que Jill Stein ne s’oriente pas non plus vers une campagne victorieuse. De là à en tirer une règle générale sur les chances de succès des médecins en matière électorale…

Source: 

Adrien Renaud

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Depuis août 2018, une épidémie de la maladie à virus Ebola frappe la République Démocratique du Congo (RDC). Le nombre de morts s’élève désormais à...
Il la joue à l’italienne
Un projet de Samsung qui peut aussi faire réfléchir chez nous

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.