TPG : Agnès Buzyn repousse aux calendes grecques

Les syndicats de libéraux sablent le champagne

La ministre de la Santé remet à plus tard la généralisation du tiers payant, après la remise du rapport de l’IGAS qu'elle avait commandé en juillet dernier. Une décision saluée par la plupart des syndicats de libéraux.

« Aujourd’hui, nous ne sommes pas prêts techniquement à l’étendre. » C’est ce qu’a déclaré la ministre de la Santé Agnès Buzyn dans une interview publiée hier au Journal Du Dimanche (JDD), à propos du tiers payant généralisé. S’appuyant sur un rapport de l’Inspection Générale des Affaires Sociales (IGAS) rendu public, elle explique néanmoins que « pour les publics pour lesquels il est obligatoire, les bénéficiaires de la CMU-C, de l’aide à la complémentaire santé, les affections longue durée et les femmes en congé maternité le tiers payant fonctionne. »

La ministre de la Santé veut poursuivre les efforts pour « une application effective partout » afin de tenir l’engagement du président de la République de « rentre le tiers payant généralisable. » Invitée du Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI hier, elle s'est voulue encore plus précise : « Ce rapport démontre que techniquement le tiers payant généralisé n’est pas faisable au 1er décembre ». C’est « irréaliste, irréaliste ! », a martelé la ministre, rapport en main.

Les syndicalistes saluent en coeur ces annonces 

Selon l’IGAS, il s’agit d’un problème informatique : « Nous ne savons pas aujourd’hui, sur la part des complémentaires, faire en sorte que le médecin soit remboursé. » Et les syndicats de libéraux ont aussitôt sabré le champagne. Ils ont tout d'abord réagi en félicitant la ministre, puis en s'attribuant le mérite de cette décision.

MG France rappelle ainsi que c’est sa position qui a été confirmée par l’IGAS. « Cette décision est à mettre au crédit de la CSMF (1) » pense de son côté Jean-Paul Ortiz. Mais c’est sans compter sur le Syndicat des Médecins Libéraux (SML) qui « avait raison depuis le début ! » Au-delà de cette bataille de communication, tous les libéraux saluent en coeur les annonces de la ministre sur le tiers payant, « qui restera possible mais ne deviendra pas obligatoire », conclut d'ores et déjà la CSMF.

Agnès Buzyn a elle profité de son passage au Grand Jury pour tacler sa prédécesseure : « Moi je regrette qu’on vote des lois sans se préoccuper de savoir si c’est faisable ». La locataire de l’avenue Duquesne a rappelé qu’elle voulait aussi « lutter contre la difficulté d’accès aux soins » tout en nuançant : « Mais quand on me donne un système qui à la fin n’est pas faisable, je trouve que le cadeau n’est pas très sympathique. » Un présent qui restera donc sous le sapin une année de plus. A ce rythme, il semble même difficile de savoir s'il sera un jour déballé...

(1) La Confédération des Syndicats Médiaux Français

Source: 

Thomas Moysan

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

La solution à la crise des urgences ? Le recours au secteur privé
Le professeur Guy Vallancien a assené ses solutions à la crise des urgences. Verdict : plus d'infirmiers responsabiliisés et plus d'urgences privées...
Presse auscultée. Un psychiatre de 71 ans comparaissait ce jeudi 17 octobre devant le tribunal correctionnel de Poitiers, accusé de s'être livré...
Le vol de masques, mais aussi de solutions hydro-alcooliques, se multiplie dans les hôpitaux depuis quelques jours. En France et à l’étranger.

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.