Système de santé : l’ordonnance du Dr Edouard Philippe

Discours de politique générale du Premier ministre

La prévention sera le pivot de la stratégie nationale de santé discutée à l’automne. C’est le souhait exprimé par le Premier ministre Edouard Philippe lors de son discours de politique générale mercredi dernier.  

« Les Français sont attachés [à notre système de santé], mais ils constatent qu'il est mal coordonné, que la répartition entre urgences et consultations, entre soins de ville et soins hospitaliers n’est pas optimale, que l’on n’évite au fond ni l’exclusion des soins, ni l’accroissement des inégalités. » C’est le diagnostic établi par le Premier ministre Edouard Philippe lors de son discours de politique générale mercredi dernier. Une allocution pendant laquelle la santé a été largement abordée.

La prévention comme pivot

A cette occasion, le chef du Gouvernement a en effet présenté sa stratégie nationale en la matière. Elle sera discutée dès l’automne avec, comme attendu, une priorité donnée à la prévention. Ainsi, les vaccins pour la petite enfance, qui sont recommandés par les autorités de santé, deviendront obligatoires dès 2018. On en comptera 11 au total (1). Toujours sur le préventif, le prix du paquet de cigarettes sera progressivement porté à 10 euros. « Chaque année le tabac en France entraine plus de 80 000 décès. C'est la première cause de mortalité évitable et la consommation quotidienne de tabac augmente chez les adolescents. », a rappelé Edouard Philippe devant les députés.

Par ailleurs, un plan de lutte contre les déserts médicaux est en préparation. La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, devrait le dévoiler en septembre prochain pour améliorer l'accès aux soins de tous les citoyens. « En la matière, la télémédecine offre des opportunités formidables, nous les favoriserons », a indiqué le Premier ministre. Enfin, cette stratégie nationale de santé veut rompre le cercle du renoncement aux soins. Le Gouvernement a ainsi annoncé que, d’ici la fin du quinquennat, tous les Français auront accès à des offres sans aucun reste à charge pour les lunettes, les soins dentaires et les aides auditives.

Qu’est-ce qui va changer pour les médecins ?

Côté professionnels, un service sanitaire pour les étudiants des filières santé devrait voir le jour afin de leur permettre d’intervenir dans les écoles et les entreprises pour mener des actions de prévention. S'agissant des médecins en exercice, Edouard Philippe a l'intention de bâtir des parcours de soins en favorisant l’interconnexion des professionnels de santé et la circulation de l’information au bénéfice du patient.

Sa méthode pour y arriver passera par la mise en place de nouvelles incitations et de nouveaux modes de rémunération qui mesureront notamment la qualité des soins. De belles promesses, en somme, pour les praticiens, mais avec quel calendrier ? « Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale traduira cette ambition dès cette année », annonce Edouard Philippe. Le rendez-vous médical est pris. 

(1) Cette liste pour les parents sera composée des vaccins contre la coqueluche, la rougeole, les oreillons, la rubéole, l’hépatite B, la bactérie Haemophilus influenzae, le pneumocoque, et le méningocoque C.

Source: 

Bruno Martrette-Gomez

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Toujours mobilisés ?
Rencontre avec Jean de Kervasdoué, professeur au Conservatoire National des Arts et Métiers

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.