Ségur de la santé : l’Isni et les syndicats d’internes sur le banc de touche

Tout fier il y a une semaine de pouvoir porter la voix des internes au sein de la concertation Ségur de la Santé, l'intersyndicale nationale des internes (Isni), mais aussi doit maintenant déchanter...

Dans un communiqué mis en ligne ce matin, l’intersyndicale nationale des internes (Isni) (mais aussi la FNSIP-BM) veut partager sa déception. « Les syndicats professionnels d’internes en médecine, en pharmacie et biologie médicale, n’ont pas été reçus, au contraire des autres syndicats professionnels au réunion avec Mme Notat pour réformer le système de santé. » Pour rappel, le Ségur de la santé est une vaste concertation lancée le 25 mai dernier par le ministre de la Santé Olivier Véran, qui a pour objectif de revaloriser les salaires des personnels hospitaliers, de relancer l'investissement hospitalier, entre autres. 

Pourtant, le 26 mai dernier, l’Isni était tout fier d’annoncer sur sa page Facebook qu’elle transmettait « au ministre ses propositions concrètes pour les internes dans le cadre de l’ouverture du #segurdelasante. Suite cet après-midi avec le groupe sur les carrières. »

Il semble qu’entre la semaine dernière, et cette semaine, les relations entre l’Isni et les organisateurs du Ségur de la santé aient viré au vinaigre… L’Isni rappelle que les «  internes sont mécontents de leur statut, non revalorisé depuis 10 années. Considérés comme des éléments indispensables au fonctionnement des services en période de crise sanitaire comme en temps normal, dès qu’il s’agit de parler de rémunération, les internes sont renvoyés à leur statut d’étudiant ». Et d’ajouter : « Toutes les organisations doivent être reçues par les membres du Comité de pilotage de la concertation, comme les autres professionnels médicaux. » Contacté par WUD, Justin Breysse, président de l'Isni, n'a pas donné suite.  

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Depuis la parution du rapport de l'Igas le 7 février dernier sur la prise en charge coordonnée des troubles psychiques, les réactions sont plutôt...
Fervent défenseur de la coercition, le maire de Fercé-sur-Sarthe, Dominique Dhumeaux, vient de prendre un arrêté (avec 8 autres maires) pour "...
Le Ségur de la santé a débuté ce 25 mai par une plénière et s'est poursuivi le 26 mai avec une première concertation autour des carrières et des...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.