RSI : Agnès Buzyn recadre Matignon

En scred, ni vu ni connu

Sans le dire, la ministre de la Santé a gentiment rectifié les déclarations contenues dans le programme du gouvernement en faveur des travailleurs indépendants, présenté mardi par Edouard Philippe.

Emmanuel Macron l’avait annoncé pendant sa campagne : la Contribution Sociale Généralisée (CSG) augmentera de 1,7 % au 1er janvier 2018. What’s up Doc vous en parlait, les syndicats des médecins libéraux ne se sont pas faits attendre pour réclamer une compensation.

Pour l’instant, le « Programme du gouvernement en faveur des travailleurs indépendants » présenté ce mardi à Dijon par le Premier ministre, accompagné du ministre du Budget Gérald Darmanin et d’Agnès Buzyn balaye de nombreux sujets. Notamment l'adossement du Régime Social des Indépendants (RSI) au régime général et les compensations de la hausse de la CSG.

Un couac qui fait du bien !

Et il laisse apparaître une spécificité concernant les médecins libéraux. Ces derniers sont explicitement cités dans les mesures pour « augmenter le pouvoir d’achat ». Le gouvernement souhaite « neutraliser » la hausse de la CSG par la « hausse de la prise en charge des cotisations au régime vieillesse de base pour les médecins conventionnés de secteur 1 et les infirmiers conventionnés en zone sous-dense. »

Après le holà des libéraux qui dénonçaient notamment l'installation d'une inégalité entre les secteurs 1 et 2, la ministre de la Santé a réagi par voie de communiqué. Agnès Buzyn a précisé que le dispositif de compensation mis en place « s’applique bien à tous les professionnels libéraux, a fortiori à l’ensemble des professionnels de santé libéraux ». Quelques heures après le front uni des syndicats à l’encontre du plan d’Edouard Philippe, la ministre des médecins a donc rassuré ses confères. Un couac qui fait du bien n'est-ce pas !

Source: 

Thomas Moysan

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Presse auscultée. Depuis le 12 janvier, aucun avis du conseil scientifique n’a été publié. Un silence apparent qui interroge au regard de la...
Quand la réalité de terrain s’invite à CHAM 2015
Ce chirurgien grenoblois est actuellement interdit d'exercice et placé sous contrôle judiciaire. 

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.