Robots chirurgiens autonomes : de bons résultats sur les porcs

… en attendant les humains

Un robot chirurgical autonome a été mis au point par une équipe américaine. Les prouesses de l'engin se limitant pour l’heure à la gent porcine, les professionnels du bistouri peuvent rester tranquilles : pas besoin de chercher un autre métier. Mais celui-ci risque de changer pas mal.

 

La chirurgie sans chirurgien serait-elle en train d’arriver plus vite que prévu ? On pourrait le croire, si l’on se fie aux emballements de la presse grand public après l’annonce de la mise au point d’un robot chirurgical autonome par une équipe du Sheikh Zayed Institute for Pediatric Surgical Innovation, à Washington.

Les chercheurs viennent en effet de publier dans la revue Science Translational Medicine des résultats qui pourraient inquiéter bien des jeunes chirurgiens. Il s'agissait de comparer les performances d’une anastomose intestinale effectuée selon quatre techniques : à la main, par laparoscopie, avec un robot du type Da Vinci, et avec le robot STAR. Mis au point par l'équipe, le STAR - acronyme de Smart Tissue Autonomous Robot - fonctionne sans intervention humaine.

Du lard ou du cochon ?

La comparaison portait sur des critères tels que l’espacement des sutures, le nombre d’erreurs nécessitant de retirer l’aiguille, le temps d’exécution… Et devinez quoi ? Que ce soit in ou ex vivo, c’est le STAR qui sort vainqueur de la confrontation.

Seul bémol, et de taille : la comparaison portait sur des intestins animaux. En tout, ce sont cinq porcs vivants et cinq échantillons de tissus porcins qui ont été opérés par cinq chirurgiens dans le cadre de cette étude. Une limite qui n’empêche pas le Pr Alexandre de la Taille, chef du service d’urologie du CHU Henri-Mondor à Créteil, de reconnaître en STAR une avancée majeure.

« Il est vrai qu’il ne s’agit que d’une phase préliminaire, mais je retiens ceci : un robot a fait un acte chirurgical sans aucune instruction de la part du chirurgien, et l’a mené à bien sur du tissu mou, ce qui est beaucoup plus compliqué que sur quelque chose de stable et rigide », explique le chirurgien urologue, pionnier dans l’utilisation des robots en France.

« Les robots seront capables d’opérer seuls »

Et à l’avenir ? « Je crois à l’intelligence artificielle, et je pense que robots seront capables de faire des interventions chirurgicales tous seuls à l’avenir », indique le PU-PH. Alors, les chirurgiens doivent-ils envisager une reconversion professionnelle ? « Il y aura toujours besoin de chirurgiens, parce qu’il faut poser l’indication, surveiller l’intervention et en prendre la responsabilité », rassure-t-il.

Autant d'actes de haut niveau dont l’intelligence artificielle est (pour l’instant) incapable. Un conseil d’ami, tout de même : « Les jeunes doivent rester dans les centres formateurs qui ont les technologies adéquates pour se former à cela », avertit Alexandre de la Taille.

Voilà, c’est dit.

Source: 

Adrien Renaud

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Presse auscultée : Amazon vient de présenter un nouveau service de reconnaissance vocale qui permet de « retranscrire en texte les comptes-rendus des...

Rendez-vous incontournable des professionnels de santé chaque été à Castres, l’Université d’été de la e-santé débat du 2 au 4 juillet des usages des...

L’Académie nationale de médecine s’engage pour le numérique et l’intelligence artificielle en santé qui devraient jouer à l’avenir « un rôle...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.