Retraite à points : un "gros risque" pour les PH

Le projet de réforme des retraites fait courir un « gros risque » aux PH, estime le SNPHARE (Syndicat national des praticiens hospitaliers anesthésistes réanimateurs élargi). Car l’ajustement de la valeur du fameux point risque de varier dans les années qui viennent, estime le syndicat.  

Pour ceux qui en douteraient encore, la retraite à points n’a rien à voir avec le permis à points, s’amuse le SNPHARE (Syndicat national des praticiens hospitaliers anesthésistes réanimateurs élargi) qui vient de publier une vidéo pour éclairer les PH sur le sujet.

 
Pour le syndicat, la réforme est surtout « un gros point d’interrogation » ! Les précédentes réformes des retraites n’étaient déjà pas à l’avantage des PH : allongement de la durée de cotisation, recul de l’âge de départ à la retraite… Puisqu’ils doivent désormais travailler de plus en plus tard pour garder un taux de retraite à taux plein, précise le SNPHARE qui pose la question suivante :
 
« Est-ce qu’on peut imaginer, dans des conditions de sécurité acceptables pour les patients, continuer à faire des gardes ou des astreintes après 60 ans ? » Le syndicat ajoute qu’il y a aujourd’hui plein de postes vacants, si bien que « les contraintes nombreuses (même plus que nombreuses, serions-nous tentés de dire, NDLR) se reportent forcément sur ceux qui restent, sans parler du stress que cela génère ».
 
À propos de l’argument démographique brandi par les gouvernements successifs, le SNPHARE conseille de se méfier « des paroles alléchantes et des promesses politiques ». Tout en appelant les PH à « se battre » pour sauver ce qu’il reste de leurs retraites.

Pas vraiment une nouveauté

À quoi ressemble aujourd’hui la retraite des PH ? Un régime de base, plus une complémentaire à points. Donc, pour les PH, le système à points « n’est pas vraiment une nouveauté », estime le SNPHARE.
 
Et cette complémentaire à points des PH, c’est... l’Ircantec, l’Institution de retraite complémentaire des agents non titulaires de l'État et des collectivités publiques, rappelle le syndicat.
 
Or, quand on y regarde de plus près, « les PH représentent une part importante des cotisations, mais ils n'ont que peu de voix au chapitre, pour des décisions qui pourtant les concernent directement », regrette le syndicat qui précise que, « côté Ircantec », les PH auraient plutôt perdu des points ces dernières années.

Ajustement de la valeur du point

Pire : la retraite à points ferait courir un « gros risque » aux PH qui cotisent : celui de l’ajustement de la valeur du point, estime le syndicat qui précise : « Tu fais aujourd’hui tes calculs sur une base… Et demain, pour coller à la réalité économique du moment, on baisse la valeur du point : et ta retraite baisse. » Un système qui s’apparenterait à la baisse de l’Ondam ou à l’évolution actuelle des taux d’imposition selon le syndicat. Voilà pourquoi les syndicats appellent à faire grève le 5 décembre, conclut le SNPHARE qui rappelle que les études de médecine sont « longues » et commencent « tard »
 
Retrouver le dossier complet du SNPHARE sur les retraites ici.
 

Portrait de Julien Moschetti

Vous aimerez aussi

Les résultats d’une expérience anglaise ouvrent de nouvelles pistes
Entre erreur médicale et aléa thérapeutique…

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.