Réforme : les députés signent la fin des ECN

En séance publique à l’Assemblée nationale, les députés ont validé la réforme de l’accès à l’internat. Ciao les ECN !

 

Depuis le 18 mars, les députés votent les articles de la loi de transformation du système de santé. L’article 2, soumis à leur approbation lundi soir, concernait les modalités d’évaluation du deuxième cycle et donc l’accès au troisième.

Il n’y avait guère de suspense sur l’issue du vote : les élus ont décidé d’envoyer les ECN en soins palliatifs. Désormais, les étudiants français – comme les étudiants ayant validé une formation médicale dans l’Union Européenne – devront simplement valider leur deuxième cycle, en obtenant une note minimale à des épreuves nationales.

Du choix dans le choix de stage

Pour le choix du CHU et de la spé, le parcours des étudiants et leur projet professionnel seront pris en compte. Le Conseil d’État définira par décret les modalités de répartition des postes et affectations. Il devra aussi décider du sort de ceux qui n’auront pas épuisé leurs chances aux ECN au moment de la transition vers ces modalités d’évaluation et de matching.

Les députés ont en revanche écarté l’amendement proposé par Audrey Dufeu-Schubert, députée LREM de la Loire-Atlantique, qui souhaitait conditionner l’accès au troisième cycle à la validation d’un stage d’externat en zone sous-dotée. Après quelques échanges bien tendus.

L’Anemf satisfaite

« Les conditions demandées par cet amendement étaient impossibles à réaliser », explique à What’s up Doc Clara Bonnavion, présidente de l’Anemf, satisfaite de son retrait. « Ou alors, sa mise en place se serait faite au détriment de la qualité de la formation, face au manque de maîtres de stage ». Comme pour la réforme de la Paces, l’association étudiante se réjouit du passage de la réforme.

Ces nouvelles modalités « permettront de répartir la charge de travail » exigée pour les ECN, poursuit Clara Bonnavion. En plus de soulager les étudiants de l’enfer des ECN, elle estime que la réforme leur laissera plus de possibilités pour des activités parallèles comme des masters de recherche. « Ces activités seront valorisées, et on en tiendra compte ».

En revanche, comme cela avait déjà été annoncé, la réforme des ECN sera décalée d’un an. Elle concernera les étudiants débutant leur deuxième cycle à la rentrée 2020.

 

Portrait de Jonathan Herchkovitch

Vous aimerez aussi

Quand les PASS se regroupent
Rencontre avec Jean de Kervasdoué, professeur au Conservatoire National des Arts et Métiers
La capitale mondiale du jeu est-elle le futur des soins de santé ?

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.