Prof en médecine et anti-IVG, c’est possible à Nantes et Lyon !

Des internes dénoncent sur les réseaux sociaux des professeurs et maitres de conférences anti-IVG. 

Peut-on dispenser une formation en DPC sur la fertilité, tout en étant un fervent critique de l’interruption volontaire de grossesse (IVG) ? A priori c’est possible à l’université Lyon 1, comme le signale Elsa Deschézeaux, interne en médecine générale, féministe, et « sinistre emmerdeuse », comme elle se présente sur son compte Twitter. Elsa Deschézeaux signale en effet la présence du professeur René Écochard à l’université Lyon 1, es qualités de responsable pédagogique du module de DPC « Restauration de la fertilité ». Elsa accuse entre autres le vénérable professeur lyonnais, qu'elle appelle "monsieur Anti-IVG", « de publier fréquemment sur des sites catholiques et notamment sur le site de désinformation http://ivg.net ».

Sans être exhausif dans notre recherche, nous avons facilement retrouvé des articles signés Ecochard sur le site ivg.net. Dans un papier intitulé : « IVG et troubles psychologiques », le professeur commence ainsi : « IVG et troubles psychologiques : quels liens ? Il est fréquent de demander à la science de prouver l’imputabilité de l’IVG dans les souffrances et les maladies psychologiques, voire des suicides observés après une IVG. Mais la science ne le peut pas ! Nous verrons pourquoi. Dans le fond, est-ce vraiment nécessaire ? » Une introduction déstabilisante, venant d’un homme de sciences… Le professeur Écochard dirige par ailleurs le comité de rédaction du site postivg.org. Le site se fixe pour vocation de relater « les très nombreuses études scientifiques et documents de recherche qui étudient l’IVG sous l’angle de ses éventuelles conséquences sur la santé mentale ». À lire les titres des études reproduites sur ce site, on peut raisonnablement penser que leurs auteurs ne plaident pas, loin s’en faut, pour l’IVG : « Incidence et récidive de troubles mentaux courants après un avortement », « Diminution de la mortalité pendant la grossesse et pendant un an après, tandis que la mortalité après interruption de grossesse reste élevée », « Stress post-traumatique et syndrome de stress post-traumatique après l'interruption de grossesse ». Outre son module de DPC sur la fertilité, le professeur Écochard enseigne aussi la biostatistique au CHU de Lyon. Certaines étudiantes se rappellent d’ailleurs l’avoir eu comme prof :

Le professeur Écochard est par aillleurs marié avec une femme médecin qui semble partager sa philosophie de vie :

Dans le grand Ouest, les étudiants en médecine n’ont rien à envier à ceux de Lyon1. Faute d’avoir le professeur Écochard, ils ont droit au maitre de conférence Philippe Piloquet.

S'il a rédigé un QCM et des exercices corrigés en embriologie pour les Paces, le Dr Piloquet enseigne l'imagerie médicale à l'université de Nantes. Or, ce maitre de conférence est aussi président de l’association « SOS touts petits ». Derrière cet intitulé inoffensif se cache une association opposée à l’avortement, la contraception, et au mariage entre personnes de même sexe. Entre 1986 et 1997, l’asso a mené des commandos anti-IVG pour empêcher le fonctionnement d’établissements médicaux pratiquant l’avortement. Jusqu’en juillet 2015, des plaintes ont été déposées contre des membres de SOS Touts petits pour délit d’entrave : des membres de l’association s’étaient introduits dans les locaux du centre de planning familial de Port-Royal pour dissuader les femmes présentes d’avorter. Autant dire que les étudiants en médecine de Nantes sont, aussi, entre de bonnes mains…

Portrait de Jean-Bernard Gervais

Vous aimerez aussi

Un petit nouveau au cabinet d’Agnès Buzyn
La franc-maçonnerie, ce marronnier qui réapparaît dans nos médias nationaux chaque année, conserve ses secrets. Ils existent pourtant, ces maçons qui...
Appel au Premier ministre

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.