Ondam : les CHU attendent Macron de pied ferme

Et les cliniques aussi

Ce lundi, la conférence des directeurs généraux de CHU a souhaité féliciter le président élu… et l’alerter sur une campagne budgétaire qu’ils jugent « instable ».

Après les syndicats de médecins, les personnalités de la santé et les laboratoires c’est au tour des CHU de réagir à l’élection d’Emmanuel Macron. Les 32 établissements universitaires ont publié un communiqué de presse ce lundi pour féliciter le nouveau président élu mais aussi pour lui communiquer leurs premières revendications. Leur demande est claire : une renégociation urgente de l’Objectif national des dépenses d’assurance maladie (Ondam).

Les hôpitaux ne le répéteront jamais assez : ils sont soumis à des restrictions budgétaires trop drastiques. Au point même que les CHU « redoutent de ne pas pourvoir assurer pleinement leurs missions de santé publique ». Pour s’en sortir, la conférence a la solution : augmenter le montant prévisionnel des dépenses de l’Assurance maladie. Actuellement, ce taux est établi à 2,1 % pour l’hôpital public. « Un taux nettement insuffisant au regard des charges qui pèsent sur les hôpitaux universitaires », lit-on dans le communiqué.

Les CHU ont des idées

Les CHU déplorent également la stagnation des dotations concernant les missions d’intérêt général et d’aide à la contractualisation (MIGAC) et des missions d’enseignement et de recherche. Surtout, ils rappellent que les dépenses vont nécessairement croître compte tenu de l’augmentation des charges de personnel, des dépenses pharmaceutiques et des coûts de l’innovation.

Mais les directeurs généraux n’ont pas que le budget en tête. Ils profitent aussi de cette lettre pour présenter 17 propositions visant à améliorer les performances des 32 centres hospitaliers universitaires français. Elaboré lors des Assises nationales hospitalo-universitaire de décembre 2016, ce projet traite, entre autres, de la pérennisation de la recherche-innovation, du défi de l’e-santé et du renforcement de leur attractivité. Dorénavant, la conférence espère obtenir un rendez-vous avec le nouveau ministre de la santé afin de trouver une solution à la crise qu’ils craignent « imminente ».

De son côté, la Fédération de l'hospitalisation privée (FHP) fait aussi un appel du pied au futur locataire de l'avenue Duquesne (Paris). Dans un communiqué, paru ce jour, les cliniques exhortent le Président élu à respecter sa promesse « de décloisonner et de rééquilibrer les approches en matière de santé, en faisant travailler ensemble les acteurs de soins, publics et privés. » Hôpitaux-cliniques, même combat et même agenda ! 

 

Source: 

Im`ene Hamchiche

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Les urgentistes tapent du poing !
Un médecin, un doctorant et un philosophe ont publié une fausse étude sur l'hydroxychloroquine et les trottinettes dans le Asian Journal of medicine...
Telle est la recette du « Think Tank Economie Santé »

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.