Libéraux : Le SML rejoint la convention médicale

Et ca ne plaît pas à tout le monde

Le Syndicat des Médecins Libéraux (SML) a décidé lors d’une Assemblée générale samedi de rejoindre la convention médicale de 2016. Il n’a pas fallu longtemps à la CSMF, qui refuse encore de rallier les signataires, et à l’UFML du Dr Marty, pour monter au créneau.

« Un monde s’effondre, celui des signatures rémunérées, des dos courbés, des compromis et des compromissions, d’adaptation, d’avalisation, de vassalisation. » Dans son dernier communiqué, le Dr Jérôme Marty, président de l’Union Française pour une Médecine Libre (UFML), résume ainsi le choix du Syndicat des Médecins Libéraux (SML) de rallier la convention médicale avec l’Assurance Maladie.

Une histoire de gros sous ?

Aussitôt la nouvelle répandue, Twitter s’est enflammé. « Une signature sans avancées concrètes ! Peut-être pour toucher les fonds conventionnels ? Tout ceci est malsain… », s’est exclamé Jean-Paul Ortiz, Président de la Confédération des Syndicats Médicaux de France (CSMF). Une réaction qui n’a pas laissé de marbre le Dr Philippe Vermesch.

« Cher Jean-Paul, le SML a des idées, un projet et une ambition pour la médecine libérale, tweete le patron du SML. Les avancées se gagnent de l’intérieur par la réflexion, le travail, la négociation. Et non par la polémique ou l’invective. J’ai connu une CSMF plus constructive… »

L’argument financier est également brandi par l’UFML. Son président Jérôme Marty met les deux syndicats dos à dos. « Prochain sur la liste la CSMF qui vient de se faire griller la politesse. Faut signer pour prendre l’enveloppe… Lequel de ces syndicats va refuser de voir sa signature être rétribuée entre 400 000 et 1 million d’euros par an ? », s’interroge le nouveau leader syndical.

« Renouer une dynamique de travail positive »

Pour lui, « la gouvernance est la même, le paternalisme d’état plus présent que jamais », réfutant la position du SML qui considère dans son communiqué « que le Gouvernement avait fait des gestes significatifs. » Plan de lutte contre les déserts médicaux, stratégie nationale de santé et LFSS 2018 : « le SML a estimé que la voie était ouverte pour renouer une dynamique de travail positive. »

Le Syndicat rejoint donc MG France, la FMF et Le Bloc dans la convention médicale de 2016, pour disposer « des leviers » afin de faire évoluer la convention et « peser sur les prochaines négociations relatives au dispositif de compensation de la hausse de la CSG et à la télémédecine. » Le SML rappelle ainsi son combat pour le virage ambulatoire, pour lequel « le véhicule conventionnel est l’un des principaux vecteurs pour y parvenir. »

Et le SML a invité la presse mercredi « pour faire un tour d’horizon des dossiers ». L'occasion sans doute de s’exprimer davantage sur les raisons de ce revirement. En septembre dernier, le syndicat estimait que la convention contribuait « à creuser les inégalités au sein de la profession » et proposait de « ranimer le système conventionnel. » Ça va défibriller sec !

Retrouvez ci-dessous La Consult’ de Philippe Vermesch par What’s up Doc !

Source: 

Thomas Moysan

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

L’activité de remplacement médical en France concerne environ 10 000 médecins sur 210 000 en activité. Cet exercice pourrait paraître anecdotique,...
Presse auscultée. 4.835 patients ont reçu un sms de la CPAM des Alpes-Maritimes les informant que leur médecin traitant était parti à la retraite....
Le syndicats Jeunes médecins n'avait pas été invité au Ségur de la santé. Furieux il a porté l'affaire en justice et a obtenu gain de cause. 

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.