Les étudiants du second cycle veulent leur réforme

Pour l’ANEMF, il faut tout remettre à plat

L’Association Nationale des Etudiants en Médecine de France (ANEMF) lance une concertation afin de construire des propositions concrètes pour une réforme du second cycle des études de médecine.

Après le troisième, les étudiants s’attaquent désormais au second cycle des études médicales. Et ils n’y vont pas de main morte ! Pour l’ANEMF, il faut tout revoir. Des ECNi en passant par une réflexion sur les options, tout y passe. « Il faut casser le moule, apporter plus de diversité dans les parcours », défend Yanis Merad, président de l’association. « Les étudiants doivent être plus libres dans la définition de leur formation ». 

Comme les Épreuves Classantes Nationales informatisées semblent déjà enterrées pour ces étudiants, la consultation évoquera logiquement leur remplacement. « Le système est à bout de souffle, il y a une nécessité de réformer », estime le carabin. « Les étudiants seront acteurs de cette réforme, et non spectateurs », ajoute-t-il. 

Des groupes de travail et un questionnaire en ligne 

Ainsi, l'organisation va réunir de façon dématérialisée - sans doute un clin d’oeil à leurs épreuves préférées - des groupes de travail les 9, 11 et 12 août. « Nous attendons 150 à 200 étudiants sur le mois d’août », auxquels s'ajouteront les résultats d’un questionnaire qui sera disponible en ligne « afin de récolter des propositions d’un maximum d’étudiants ». L’ANEMF insiste sur la visée universelle de sa concertation ouverte à tous les cycles : de la PACES à l’internat.

Pour le remplacement des ECNi, certains ne perdent pas de temps et commencent à plaider pour la prise en compte du projet professionnel dans le calcul de la répartition des postes. La grève des externes nantais a aussi été un laboratoire d'idées. « L’ANEMF va essayer de toutes les harmoniser, car elles viennent de partout », rappelle Olivier Le Pennetier, président de l’ISNI, contacté par What’s up Doc.

« Le projet professionnel pourrait être influencé par les chefferies… »

Les ainés des carabins restent d'ailleurs très vigilants au sujet des dispositifs qui pourraient se substituer aux ECNi. « On a des craintes quant au projet professionnel, il pourrait être influencé par les chefferies de service ». La question reste « comment réfléchir à un système égalitaire correspondant aux aspirations des étudiants ? », s’interroge le représentant des internes.

Une vaste réflexion pour ces futurs médecins qui se retrouveront à Paris le 28 octobre prochain lors des États Généraux du second cycle des étudiants en médecine organisés par l’ANEMF. Le but : trancher afin de vendre aux décideurs publics la meilleure réforme possible !

Source: 

Thomas Moysan

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

La profession se plaint de la menace judiciaire qui plane sur la pratique. Les patients toqueraient de plus en plus souvent à la porte des avocats....
Faute de masques disponible en quantité suffisante sur le terrain, trois médecins ont décidé de saisir la Cour de justice de la République contre le...
La lettre ouverte des usagers des hôpitaux et de 108 personnalités au président de la République vient de dépasser les 100 000 signatures.

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.