Le niveau des retraites des médecins libéraux sera maintenu, selon la CSMF

Maintien du niveau des retraites des médecins libéraux, survie de la CARMF… L’État aurait accepté les principes suivants, selon la CSMF qui considère que son attitude ferme "commence à porter ses fruits".
 

Selon ses propres mots, la CSMF « ne lâche rien » dans sa négociation avec l’État pour « sauver les retraites des médecins libéraux », martèle un communiqué du syndicat daté du 9 janvier. Une attitude « ferme, mais constructive » mise en place depuis l’été dernier qui « commence à porter ses fruits », se réjouit le syndicat.
 
« C’est un Secrétaire d’État à l’écoute et sensible aux arguments politiques et techniques avancés par la CSMF, que j’ai rencontré ce matin », a affirmé jeudi 9 janvier Jean-Paul Ortiz, en sortant d’une réunion bilatérale entre la CSMF et le Secrétaire d’État en charge des retraites, Laurent Pietraszewski (en remplacement de Jean-Paul Delevoye).
 
Selon la CSMF, l’État aurait accepté les principes suivants :
 
- le maintien du niveau des retraites des médecins libéraux (la baisse des cotisations de 36 à 28%, qui entrainerait une baisse des prestations, pourrait être compensée par un régime complémentaire obligatoire par répartition géré par les médecins) ;
- la survie de la Carmf sera actée et ses réserves sanctuarisées pour les médecins ;
- Le principe de la prise en charge partielle de la cotisation retraites par l’Assurance maladie comme actuellement l’ASV (Allocation supplémentaire vieillesse) devra être inscrit dans la loi pour en assurer la pérennité.
 
Par ailleurs, la CSMF a exigé que « les cotisations des médecins en cumul emploi retraite soient génératrices de droits au plus vite et au plus tard dès 2022 » et demandé l’organisation rapide de réunions techniques pour « finaliser le dossier dans les plus brefs délais et que ces principes soient actés au plus vite ».
 

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Un Collectif Santé en danger à Jallais s'est créé pour partir à la recherche de médecins désireux de s'installer sur le territoire. 
La loi de santé, l'un des piliers de Ma santé 2022, devrait être adoptée courant du premier semestre 2019. Et pas question de remettre en cause ni...

Les infirmiers aussi se dotent d’un observatoire de la souffrance au travail, conçu sur le même modèle que celui des médecins, l'OSAT APH.

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.