La télémédecine à la loupe

« Télémédecine, enjeux et pratiques », de Pierre Simon

Le Dr Pierre Simon a publié en octobre dernier un ouvrage visant à offrir « un point complet » sur la télémédecine. Voilà qui nous intéresse…

 

La télémédecine, le Dr Pierre Simon connaît. Néphrologue et juriste de la santé, il l’a pratiquée au sein de son unité de néphrologie/dialyse à l’hôpital de Saint-Brieuc. Il a par ailleurs présidé la Société française de télémédecine. Autant dire que son point de vue sur le sujet, publié dans un livre paru en octobre dernier*, mérite que l’on s’y arrête.

A la lecture, premier sujet d’étonnement : contrairement à ce que l’on s’imagine souvent, la télémédecine, ce n’est pas la médecine du futur, mais celle du présent. Pierre Simon cite par exemple la région PACA et le conseil général des Alpes-Maritimes, qui ont mis en place dès les années 2000 des téléconsultations spécialisées pour les médecins généralistes situés en zones rurales montagneuses (projet Païs).

Concrètement, la trentaine de médecins participants étaient dotés d’une e-valise permettant de communiquer par satellite. A titre d’exemple, un hôpital de l’arrière-pays niçois pouvait ainsi proposer des consultations à distance en psychiatrie. Malheureusement le projet n’a pu être poursuivi après 2004, faute de financements.

Des prérequis techniques

Sur le plan technique, l’ouvrage expose les démarches et équipements nécessaires : salle dédiée, connexion suffisante, mais aussi des casques et des micros pour la confidentialité. Ceux-ci seront indispensables s’il y a plusieurs patients dans la même salle, comme lors d’une séance d’hémodialyse.

Un chariot mobile de télémédecine peut également être utilisé au lit du patient, comme c’est par exemple le cas dans les unités de dialyse et en EHPAD. Sur ce genre de dispositif, une caméra permet d’examiner à distance une plaie chronique, ou encore une fistule artério-veineuse.

Le montage institutionnel

Mais la technique ne fait pas tout : pour se développer, la télémédecine a également besoin d’un accompagnement institutionnel. L’ouvrage fait le tour des acteurs qui peuvent être impliqués dans un projet de ce type... Et cela n’est pas inutile.

En effet, des plateformes régionales de télémédecine, gérées par des groupements de coopération sanitaire (GCS) en collaboration avec les Agences Régionales de Santé (ARS), à l’Agence nationale d’appui à la performance (ANAP), en passant par l’Agence des systèmes d’information partagés (ASIP) et la Haute autorité de santé (HAS), les intervenants ne manquent pas.

En résumé, le livre décrit la télémédecine sous toutes ces facettes, avec une biblio de près de 40 pages. A mettre entre les mains de ceux qui veulent passer à l’action !

* Pierre Simon, Télémédecine, enjeux et pratiques, Editions Le Coudrier, Octobre 2015

Source: 

Guillaume Bouvy

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Par WUD
Dans un droit de réponse que nous avons reçu à la rédaction, le site docteursecu.fr semble prendre ses distances avec arretmaladie.fr, suite au...
Organisé par le ministère des Solidarités et de la Santé, le premier concours vidéo « Parlez-nous télémédecine » a récompensé 6 lauréats. Objectif :...
Un nouvel avenant signé par 5 syndicats représentatifs facilite l'accès à la téléconsultation, en dérogeant au principe du médecin traitant. 

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.