Julie, chef de clinique en chirurgie viscérale

32 ans, chef de clinique en chirurgie viscérale, hôpital Henri-Mondor, Créteil

Quel est ton premier souvenir d’interne ?

Dure expérience ! J’ai quitté ma Normandie natale pour la Capitale. Changement radical de ville, de repères, ta famille et tes amis ne sont plus à tes côtés, tu habites à 45 minutes de ton lieu de travail ; tu prends le périph’ le matin : il fait nuit, tu rentres le soir : il fait nuit... J’étais à l’hôpital Antoine-Béclère à Clamart, et ça a été dur de passer d’un statut d’externe où tu n’as aucune responsabilité à un poste où tu dois tout gérer en même temps : les patients du service, les blocs, les gardes et sans repos compensateur... C’était un premier semestre éprouvant, mais j’étais contente quand même, grâce à une très bonne entente entre co-internes. On s’est beaucoup soutenu les uns les autres.

Ton premier souvenir de garde ?

On faisait des gardes de chirurgie générale donc viscérale et orthopédie. On nous appelait aux urgences pour des avis en tout genre. Les orthopédistes d’astreinte n’étaient pas très « dispo », et au final, tu te débrouilles ! Par contre, j’avais déjà appris quand j’étais externe à dormir quand je pouvais, à me recoucher entre deux patients et à ne pas avoir peur de ne pas entendre le téléphone sonner.

Qu’est-ce que tu as préféré pendant ton internat ?

D’être en permanence sollicitée pour tout, autant dans le travail que dans la vie privée. De ne jamais avoir de temps mort. J’avais toujours quelque chose à faire, autant à l’hôpital qu’en dehors : un DU, partir en week-end à droite à gauche, une sortie, un resto. Cette vie très remplie d’interne!

Qu’est-ce qui t’a choquée ?

Le caractère lunatique de certains de mes supérieurs ! C’était extrêmement pénible d’être un jour attaquée gratuitement et le lendemain adorée.

Une autre chose : on ne te dit jamais ou rarement merci pendant l’internat, alors que tu t’arraches pour tes patients, et que tu essaies de bien faire ton job. Il y a des moments difficiles parce que la fatigue aidant, tu deviens à fleur de peau, et la moindre réflexion désagréable ne passe plus...

Quels sont tes projets pour l’avenir ?

Changer de ville ! Essayer de continuer à travailler à l’hôpital si on me le permet, et si ça continue toujours à me plaire. Et puis préserver du temps pour faire autre chose que mon job bien sûr ! Tout ceci est un équilibre...

Quel est ton message pour les jeunes internes ?

Un message de « vieille » ! Travailler dur pendant l’internat parce qu’on ne peut pas se permettre d’être médiocre. C’est un conseil que je continuerai de donner à mes externes. 

Portrait de Lisa Camus
article du WUD 25

Vous aimerez aussi

Prophète égaré pour certains, visionnaire pour d’autres, Laurent Alexandre n’est pas un médecin comme les autres. Auteur de « punchlines » largement...
Chouchou du grand public, Michel Cymes se voit en vulgarisateur pour tous, et considère son plateau télé comme un « super » cabinet de consultation,...
Médecin, diplômé de Science politiques et de l’ENA, Aquilino Morelle, plume et proche conseiller du Président Francois Hollande, nous recoit dans son...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.