Infirmière poignardée : une minute de silence refusée à l’Assemblée nationale

La députée Caroline Fiat (LFI) désirait rendre hommage à l’infirmière mortellement poignardée par un patient à travers une minute de silence à l'Assemblée nationale. Une demande refusée par Richard Ferrand, président de l'Assemblée nationale. Un refus qui a choqué des professionnels de santé sur les réseaux sociaux.

La vidéo a fait le buzz sur les réseaux sociaux depuis hier après-midi. Ce mardi 19 février, la députée La France Insoumise, Caroline Fiat, a pris la parole dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale pour rendre hommage à l’infirmière de 30 ans (mère de deux jeunes enfants) mortellement poignardée par un patient au centre hospitalier nord Deux-Sèvres, le jeudi 13 février. Un nouveau drame qui pose évidemment la question du manque de moyens pour l’hôpital public et la psychiatrie…
 
« Dès qu’un fonctionnaire d’État décède dans l’usage de ses fonctions, il est d’usage de lui rendre hommage par une minute de silence dans cet hémicycle, a déclaré Caroline Fiat. Grande surprise ce matin, pour ne pas dire stupéfaction, à la conférence des présidents, vous avez refusé, Mr le président, notre demande de rendre hommage avec une minute de silence à cette infirmière tuée dans l’exerce de ses fonctions. »
 
La députée propose alors, avec son groupe, d’observer une minute de silence en hommage à cette soignante pour le temps restant de son intervention. Les députés de son groupe commencent à se lever tour à tour, comme s'ils s'apprêtaient à observer la minute de silence, avant d’obtenir une fin de non-recevoir de Richard Ferrand, président de l'Assemblée nationale :
 
« Mme Fiat, nous sommes tous sensibles à l’émotion provoquée par le drame que vous venez d’évoquer, mais ainsi que je l’ai indiqué au président de votre groupe, l’usage limite la pratique des minutes de silence à des cas exceptionnels et solennels, et il ne peut y avoir dans cet hémicycle des minutes de silence à l’initiative d’un député ou d’un groupe. »

Dans la foulée, Caroline Fiat a twitté : « Le Président de l'Assemblée nationale me retire la parole ! Ce refus n’honore pas notre Assemblée. » Tandis que le collectif Pinel en lutte (Centre Hospitalier Philippe Pinel d'Amiens) a considéré, que, à l’Assemblée nationale, « la vie d'une #infirmiere vaut moins qu'une sextape, on est au-delà de l'immonde !!! » Et d’ajouter que « La #FonctionPublique crève de votre indifférence ».

Quant au Dr Jérôme Marty, le président de l’UFMLS, il s’est fendu du tweet suivant : « Doit-on comprendre dans les mots de Richard Ferrand qu’il y a trop de suicides de soignants ce qui retire l’exceptionnalité du fait ? »

Par ailleurs, la députée Stéphanie Rist (LREM), qui est également médecin rhumatologue, a été interpellée par le Dr Gérald Kierkez sur Twitter : « J’aurais aimé te voir en tant que collègue soutenir l’initiative et l’hommage ». Réponse de l’intéressée : « Mais il y’a un règlement à l’assemblée et le respecter est important et tu connais mon attachement important pour les soignants pour considérer que je ne m’associe pas à cette peine ! »
 

De son côté, le député François Ruffin a réagi de la façon suivante sur Twitter : « Lorsqu'un policier, un pompier, décède à son travail, les députés lui rendent hommage. Ma collègue @CarolineFiat54 a proposé d'observer une minute de silence. Richard Ferrand a préféré user de son droit à la parole. »

L’hommage n’aura donc pas eu lieu à l’Assemblée nationale, mais il a aura bel et bien lieu ce jeudi 20 février à 14h30, jour des obsèques de l’infirmière, au CH Nord Deux-Sèvres.

D’ici là, les professionnels de santé sont invités à inonder les réseaux sociaux d’un #JESUISELODIE pour soutenir les collègues de la victime, mais aussi sa famille et ses amis.  Quant aux soignants, ils sont invités à afficher un message de soutien aux fenêtres de leur établissement ou de leur cabinet.

Portrait de Julien Moschetti

Vous aimerez aussi

Une nouveauté toute relative

La proposition de loi, voté le 21 juillet dernier, sur la levée du secret professionnel par les médecins, fait débat. En effet, les médecins peuvent...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.