Infections nosocomiales : la lutte des établissements francais paie

Étude de la Drees

En 2015 selon la Drees, plus de 8 établissements sur 10 ont atteint les plus hauts niveaux de performance pour les trois indicateurs qui décrivent le thème « infections associées aux soins ».

Vous n’avez pas toujours les mots pour rassurer vos patients inquiets face au risque d’infections nosocomiales à l'hôpital ? Pas de souci, vous disposez désormais d’une solide étude de la Dress plutôt rassurante en la matière.

En 2015, plus de 8 établissements sur dix ont en effet atteint les plus hauts niveaux de performance pour les trois indicateurs qui décrivent le thème « infections associées aux soins ». Ces travaux menés par la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques viennent d'être publiés dans l'édition 2017 de son panorama des établissements de santé.

Exit les bactéries multirésistantes

Cet imposant rapport de statisticiens relayé par l'APM compile 3 indicateurs IAS pour l'année 2015 : l'indicateur composite de bon usage des antibiotiques (ICATB.2), l'indicateur composite de la maitrise de la diffusion des bactéries multirésistantes (ICA-BMR) et l'indicateur de consommation de solutions hydroalcooliques (ICSHA.2).

Résultat, les plus hauts niveaux de performance mesurable (classes A et B) ont été atteints par 93 % des établissements de santé pour la maitrise de la diffusion des bactéries multirésistantes (ICA-BMR), par 85 % des établissements de santé en matière de consommation de solutions hydroalcooliques (ICSHA.2) et par 82 % des établissements concernant le bon usage des antibiotiques (ICATB.2).

Des chiffres en progression constante

Seuls 13 établissements, sur les 2 771 établissements concernés par le recueil de ces données, n'ont pas répondu, contre 14 sur 2 774 établissements en 2014. Cette année-là, le plus haut niveau de performance en matière de prévention des infections nosocomiales (classes A et B) était atteint par 91,2 % des établissements contre sept établissements sur 10 en 2011.

Ce chiffre indiquait donc déjà une nette progression de la performance en matière de prévention des maladies nosocomiales entre 2011 et 2014. Et la performance continue visiblement de progresser puisqu'elle est passée de 91,2 % à 93 % entre 2014 et 2015.

A noter que depuis 2015, c'est la Haute Autorité de santé (HAS) qui est chargée de publier ces données. Son ex-présidente n'est autre qu'Agnès Buzyn, l'actuelle Ministre de la Santé. Bref, une locataire qui connaît bien l'hôpital et ses problèmes. 

Source: 

Bruno Martrette-Gomez avec APM

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Tout savoir sur l'expertise
Une efficacité préventive contre le VIH de 86 %

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.