Hôpital : L’attractivité du public décortiquée

La FHF pose un nouveau diagnostic

La Fédération Hospitalière de France (FHF) a présenté mercredi les résultats de son enquête sur la gestion des ressources humaines médicales. À l’ordre du jour : l’attractivité de l’hôpital public. L’organisation pointe de nombreuses pistes d’amélioration.

« Le CHU renfermé sur lui-même, c’est terminé », commente Michel Claudon, président de la conférence nationale des présidents de CME de CHU. Ce mercredi matin, la Fédération Hospitalière de France (FHF) présentait son étude menée avec le cabinet Arthur Hunt sur la gestion des ressources humaines médicales à l’hôpital. 4 003 PH et 1 619 étudiants en médecine ont été interrogés. L’étude précise que les répondants ont pour 67,4 % d’entre eux plus de 5 ans d’ancienneté. L’objectif de la FHF ? Dégager des pistes sur lesquelles travailler pour améliorer l’attractivité médicale.

On y apprend que les médecins hospitaliers estiment que le travail en équipe est le principal élément qui attire (63 %). Viennent ensuite les valeurs du service public pour plus de la moitié des répondants, puis l’intérêt clinique. Mais la possibilité de développer d’autres activités, comme la recherche ou l’enseignement, ou « l’accès aux plateaux techniques », sont également cités par les PH comme des leviers d’attractivité efficaces.

95 % veulent limiter les tâches administratives

Pour les étudiants, c’est l’accès aux plateaux techniques qui attire le plus, suivi du travail en équipe. Les valeurs du service public arrivent bonnes dernières, plébiscitées à seulement 29 %. Mais alors qu’ils jugent en majorité l’intégration à l’hôpital de façon positive, leurs ainés médecins estiment qu’elle est moyenne, voire insuffisante pour 33,8 % d’entre eux. Pour une majorité de médecins et d’étudiants, c’est l’accueil dans le service qui est l’outil le plus pertinent, avant les démarches de compagnonnage, plus que jamais à l’ordre du jour. Pour l’intégration du personnel, « il est à noter que la part d’insatisfaction augmente avec la taille de l’établissement », explique l’étude, réalisée du 15 mai au 27 juin.

La qualité de vie au travail est également un levier d’attractivité à travailler. Selon les résultats de l’enquête, seulement 26 % des médecins se disent satisfaits de leur équilibre vie privée-vie professionnelle. Ils sont 28,3 % à le juger insuffisant, et près de la moitié (45,7 %) « moyen ». Les pistes d’amélioration sont pourtant bien établies : 98 % des répondants soulignent l’importance des échanges entre pairs au sein du service, 95 % veulent limiter les tâches administratives et 77 % sont favorables à des échanges de pratiques entre les praticiens encadrants pour améliorer le management.

Rénover le management à l’hôpital

« Nous sommes en train de travailler sur la formation managériale », a déclaré Michel Claudon. Le mot d’ordre : le « projet social médical » des hôpitaux, qui doit prendre toute sa place. Même discours du côté de la conférence nationale des présidents CME de CH : son président Thierry Godeau estime qu’il faut « absolument qu’on rénove le management médical à l’hôpital ». Les médecins, qui jugent pour 60 % d’entre eux que les activités et la charge de travail sont inégalement réparties, ne diront pas le contraire…

En attendant un changement de comportement des acteurs du monde hospitalier, la FHF a mis en place un MOOC - massive open online course, c’est-à-dire une formation ouverte en ligne - pour « sensibiliser et promouvoir les bonnes pratiques développées dans les établissements ». 50 témoignages, 40 outils, 4 modules et un quizz sont accessibles. Et un certificat est délivré à l’issue du parcours. Pas sûr que cela suffise à améliorer l’attractivité de l’exercice médical à l’hôpital... 

Source: 

Thomas Moysan

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Quand ton collègue est un ex-ministre de la Santé
Les élections professionnelles débutent mardi 25 juin. Les électeurs sont censés avoir reçu leurs codes par voie électronique. Votez, c’est important...
Les urgentistes interrogés lors d’une enquête centrée sur leurs conditions d’exercice mettent en lumière un cruel besoin de moyens dans leur exercice...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.