Grandes vacances : les médecins veulent se la couler douce

Avec leurs proches et amis

Pour la grande majorité des médecins, les vacances, c’est des vacances ! Mais une part non négligeable des praticiens reste encore liée au travail pendant ses congés. Olivier Le Pennetier, président de l'ISNI, livre ses conseils pour décrocher. Happy Holidays !

Partir en vacances ! C’est l’objectif écrasant de nos lecteurs lorsqu’ils posent des congés estivaux. Les 300 répondants au dernier sondage de What’s up Doc (1) veulent en majorité (66,2 %) explorer un nouveau pays, ou une nouvelle ville. La suite du programme consiste à se ressourcer avec ses proches (58,3 %). Les vacances en famille sont ainsi largement plébiscitées. Aussi le profil Dr Queen, la famille avant tout, reste le modèle dans la profession (36,2 %), suivi de celui plus fantasque du Dr Zack Braff (Scrubs). Les praticiens sont donc également des professionnels de la fête !

Contacté par What's up Doc, Olivier Le Pennetier, président de l'InterSyndicat National des Internes (ISNI), n'est pas étonné par ces résultats : « lorsqu'ils sont en vacances, les internes doivent casser avec la routine habituelle, casser avec le système hospitalier. Comment ? En se ressourçant, en parlant d'autre chose que de leur quotidien à l'hôpital. Le but c'est de pouvoir revenir ensuite dans son service reboosté. Si ce n'est avec le bronzage au moins avec l'esprit aéré ». 

Le sacerdoce commence à l'internat 

Une tâche qui ne sera pas aisée pour une bonne partie des médecins qui a encore du mal à rompre avec le sacerdoce. 34,5 % de nos sondés confient en effet que le boulot reste dans un coin de leur tête pendant les vacances. Près de 10 % avouent même profiter de cette période... mais avec un portable toujours connecté au creux de la main.

Là encore; l'interne à Marseille n'est guère surpris : « c'est le conditionnement que les internes ont en permanence et que nous avons dénoncé dans notre dernière enquête sur la santé mentale des jeunes médecins. Ces derniers se sentent obligés de rester connectés à leur service tout le temps. Ils pensent que c'est comme cela qu'ils pourront mieux prendre en charge les patients et délivrer des soins de meilleure qualité. Cette exigence aboutit souvent à ce qu'ils restent disponibles auprès de leurs collègues même pendant leurs congés ».

Les conseils du président de l'ISNI

Mais Olivier Le Pennetier délivre un petit conseil à ses troupes : « s'il est malin, un interne doit se débrouiller pour ne pas trop pourrir les vacances des autres internes. Sinon, il encourt le risque que ses collègues lui réservent le même traitement lorsqu'il sera off. Il faut trouver le juste équilibre pour ne pas se déranger les uns les autres pendant ces temps de repos. Cela doit passer par des relèves assez longues et assez détaillées avant de plier bagage », conclut-il. A bon entendeur salut, ou plutôt, à bon entendeur, bonnes vacances !

PS : Chez les internes marseillais, les spots à la mode cet été sont la côte marocaine, ainsi que les Landes pour ceux qui recherchent un trip sportif (kitesurf). Du côté des internes de l'AP-HP, la Côte d'Azur reste une valeur sûre. 

(1) Retrouvez ci-dessous tous les résultats de notre sondage 

Source: 

Bruno Martrette-Gomez

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

72 députés de La République en Marche (LREM) viennent de déposer une proposition de loi « visant à faire de la France une nation sportive ». L’...
Depuis le début de la crise, des médecins font part de leurs essais médicamenteux hors de toute réglementation. Le Conseil national de l'ordre des...
Inspiré du Dry January britannique, le « Défi de Janvier », qui est soutenu par près d’une trentaine d’associations et acteurs intervenant dans le...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.