Grand plan d’investissement : l’hôpital se partage le gâteau

Les libéraux doivent se contenter des miettes

Le grand plan d’investissement 2018-2022 dévoilé lundi 25 septembre par Edouard Philippe (57,1 Mds d'euros sur cinq ans, dont 4,9 Mds au seul secteur de la Santé) a déclenché la colère des libéraux. A juste titre ?! 

« Le Gouvernement semble emboîter les pas de ses prédécesseurs en appliquant les vieilles recettes consistant à déverser toujours plus de moyens aux hôpitaux », déplore le Syndicat des Médecins Libéraux (SML) ; « des miettes pour la médecine libérale » commente la Confédération des Syndicats Médicaux Français (CSMF) ; l'Union Française pour une Médecine Libre (UFML) attribue de son côté une note de 6/20 au plan « pour ne pas miser sur la seule vraie richesse de notre système de santé : l’homme soignant ».

Et pour cause : les 2/3 (3 Mds d'euros) du budget santé sont alloués à la modernisation et au renouvellement des équipements techniques et immobiliers hospitaliers, 1 Md d'euros à « la transformation numérique des établissements de santé pour rapprocher les hôpitaux de leurs patients » et le reste du budget se partage entre différents volets : 400M€ aux maisons de santé, 50M€ à la télémédecine, 500M€ à la recherche médicale, 300M€ à la cohésion sociale (notamment pour développer le portail numérique des droits sociaux dit PNDS)... 

Vers un modèle unique :  les centres de santé

Au-delà de l’habituelle querelle sur les inégalités ville/hôpital, ce sont les orientations stratégiques du plan qui sont pointées du doigt et résumées ainsi par le CSMF : « faire des maisons de santé pluriprofessionnelles le modèle unique d’organisation de la médecine libérale, et développer les centres de santé pour des médecins salariés ». Les 400M€ prévus pour les maisons de santé (dont 300 de la Caisse des dépôts et consignations) sont destinés à doubler leur volume, soit 1 300 structures. Rien n’est dit en revanche sur le redéploiement des tâches, la libération du temps médical, les tarifications, la formation...

Seul un vague programme d'e-parcours (130M€) est prévu pour « assurer une prise en charge mieux coordonnée du patient ». Un modèle unique « caricatural », selon le SML, qui agace particulièrement l’UMFL : celui-ci rappelle que les centres de santé « inattractifs » s’écroulent faute d’équilibrer leurs comptes « du fait de la faiblesse des tarifs médicaux ». Certaines annonces demain du budget du PLFSS (1) calmeront-elles la ire des libéraux ? Rien n’est moins sûr...

(1) Projet de loi de financement de la sécurité sociale

Source: 

Isabelle Guardiola

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

La loi de santé revient sur le tapis

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.