Généraliste agressé à Dunkerque : la profession se mobilise

La pétition comme arme

Le 25 avril dernier, le Dr Pierre Goidin, généraliste à Dunkerque, a subi une violente agression à la sortie de son cabinet. Une pétition de soutien, lancée par la CSMF locale, réussit à mobiliser la profession.

Le métier de médecin s’avère parfois risqué. C’est ce que rappelle la triste expérience du Dr Pierre Goidin, généraliste à Dunkerque (Nord). Fin avril, le praticien a subi une violente agression à la sortie de son cabinet. Dérangé par trois jeunes installés sur le rebord de sa fenêtre au rez-de-chaussée tandis qu’il était en consultation, le Dr Goidin est sorti de son cabinet pour les convaincre de partir. En guise de réponse, l'homme de 55 ans a reçu un violent coup de pied lui occasionnant une fracture du plateau tibial. Pire, malgré des dépôts de plainte du généraliste, le harcèlement s’est intensifié les jours suivants. 

12 700 signatures

Afin d’aider Pierre Goidin, une pétition a été lancée le 4 mai par la Confédération des Syndicats Médicaux Français (CSMF) locale. Le texte rappelle que, désormais, le médecin doit sortir escorté par ses patients. « Faudra-t-il attendre un drame plus important pour que les autorités se mettent à protéger notre confrère ? », se questionne le CSMF. « Cette pétition poursuit un premier but, soutenir notre confrère, et un deuxième, appuyer sa demande légitime d’être sécurisé. »

L’appel a bien été entendu par la profession puisque la pétition a déjà recueilli 12 700 signatures et 2 000 commentaires de praticiens et de citoyens émus par le sort du Dr Goidin. « Il s'agit de mon médecin traitant, celui-ci est très marqué par cette agression ! », affirme un patient. De son côté, une praticienne à Toulon (Var) témoigne : « Médecin moi-même, j'ai observé cette montée de la violence au cours de mon exercice. » Enfin, une autre signataire rappelle que cet incident est loin d’être un cas isolé. « Une pensée pour le Docteur Rousseau de Nogent-le-Rotrou (Eure-et-Loir) tué de plusieurs coups de couteaux. »

Les généralistes sont les plus touchés

Contacté par France Bleu, le Dr Bertrand Legrand, secrétaire général de la CSMF 59-62, regrette « l’inertie des pouvoirs publics, au niveau local et national ». Son syndicat demande, entre autres, l’installation de caméras de vidéosurveillance à proximité des cabinets médicaux dans les secteurs sensibles et la mise en place d’un numéro « post-agression » à destination des praticiens. La ville de Dunkerque condamne, quant à elle, l’agression du généraliste et s’engage à renforcer les patrouilles de police.

Ce drame s’inscrit dans une longue lignée de violences perpétrées à l’égard des médecins. Fin mars, l’Observatoire de la sécurité des médecins dénombrait 968 incidents déclarés par les praticiens en 2016. Il s’agit du nombre de déclarations le plus important depuis la création de l’Observatoire en 2003. Et avec 65 % des déclarants, les généralistes étaient les plus touchés... 

 

Source: 

Im`ene Hamchiche

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Un décret publié au JO du 15 mars rend effectif un dispositif simplifié de déclaration des cotisations sociales des médecins remplaçants, en leur...
Forte mobilisation et autant de désaroi
Par leur syndicat national, les cardiologues libéraux se déclarent prêts à s’engager à faire un effort pour faciliter les rendez-vous en urgence....

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.