Exercer la neurologie dans un cadre de rêve, c'est possible à Nice

Un cadre de travail idéal.

Vous êtes neurologue ? Atteint.e. d'héliotropisme ? L'unité neurovasculaire du CHU de Nice est fait pour vous. Elle recherche un assistant en CDD et un PH contractuel. Postulez !!

Docteur Marie-Hélène Mahagne, pouvez-vous décrire le service pour lequel vous recherchez un assistant et un PH ? 

 

Dr Marie-Hélène Mahagne. C'est l’unite neurovasculaire dite de recours de la région Paca Est, l’autre étant à Marseille Toulon et Nice. Nous sommes au sein du pôle neurosciences du CHU, et nous avons actuellement une unité de 8 lits de soins intensifs et de 16 lits conventionnels avec un projet d’extensions de 8 lits supplémentaires, lorsque l’on aura suffisamment de praticiens. Nous pratiquons les thrombolyses et les trombectomies de toute la région. Nous travaillons avec les hôpitaux généraux des Alpes maritimes et avec la Corse en télémédecine. Nous travaillons bien sûr en collaboration avec les neuro-radiologues interventionnels, avec la neurochirurgie et la réanimation. Nous prenons exclusivement de la pathologie interventionnelle cérébrale. 

Quelle est l'organisation du service ? 

 

En terme d’organisation je suis chef de service, et je suis aidé du docteur Suissa, responsable des soins intensifs. Nous aimerions compléter cette équipe avec un poste d’assistant pour qu’il y ait continuité des soins : nous sommes là de 8 heures à 18 heures, temps de travail auquel il faut ajouter les gardes. Au niveau de l’unité conventionnelle, il y a un PH et un assistant, mais l’assistante nous quitte en juin (nous recrutons également sur ce poste)à. Il y a aussi trois internes dans le service. 

 

Nous travaillons bien sûr en collaboration avec les neuro-radiologues interventionnels, avec la neurochirurgie et la réanimation

En quoi consiste ce travail d’assistant pour lequel vous recrutez ?

 

Le travail d’assistant consiste à faire la visite classique au lit du malade, et nous avons aussi des consultations sur deux demi-journées mais ce n’est pas la priorité. La priorité étant l’activité d’urgence et de salle. Il y a aussi une garde à laquelle participent tous les neurologues du pôle. Cela fait 13 ou 14 PH sur le tableau. 

 

Qu’est-ce qui fait l’attrait du service neurovasculaire ? 

 

L’unité neurovasculaire de recours est une unité d’urgence. Notre spécificité est la suivante : nous sommes capables de proposer la trombolyse et la trombectomie, puisque nous disposons d’un plateau de neuro-radio interventionnelle. C’est ce qui fait notre différence. Nous sommes un centre plus petit que Toulouse, Bordeaux, mais nous avons les mêmes moyens, le même confort de travail, trois IRM, deux scanners. Nous avons la garde de radiologie interventionnelle, la garde de radiologues sur place, la garde de réanimateurs... Donc nous disposons d'un vrai confort de fonctionnement pour de jeunes praticiens qui auraient peur de l’urgence. Nous sommes quand même très entourés. 

 

Pourquoi les conditions de travail au CHU de Nice seraient plus confortables qu’ailleurs ? 

 

Elles sont confortables en termes d’équipement. Il faut aussi rappeler que l’hôpital date de 2015, donc il est neuf. Pour notre spécialité propre, nous avons accès à l’imagerie par résonance magnétique nucléaire 24 heures sur 24, et la coopération avec les radiologues interventionnels. Nous avons les moyens de travailler. 

 

Nous disposons d'un vrai confort de fonctionnement pour de jeunes praticiens qui auraient peur de l’urgence

Qu’est-ce qui fait la différence avec les autres CHU ? 

 

Nous disposons d’une garde sur place des radiologues. Nous sommes dans les standards d’un grand CHU. 

 

Pourquoi un assistant PH choisirait-il votre service ? 

 

En terme purement professionnel, nous offrons d’excellentes conditions de travail. L’ambiance du service est bonne, conviviale. Nous sommes à Nice, une ville fort agréable. 

 

En tout et pour tout vous recrutez combien de postes ? 

 

Un poste d’assistant et un poste de PH. Nous recrutons des neurologues si possible. Pour être assistant spécialiste il faut être docteur en médecine, et être inscrit à l’Ordre. Un DIU neurovasculaire serait le bienvenu. Pour le poste de PH, nous recherchons un profil similaire. Le poste d’assistant est un contrat de deux ans. Ce poste peut devenir pérenne. 

Pour en savoir plus, ça se passe ici

Portrait de Whats up doc

Vous aimerez aussi

Comme promis dans le cadre du plan Ma santé 2022, la ministre de la Santé confirme par écrit les hausses tarifaires pour les hôpitaux. Le financement...
Le management n’est pas loin derrière
Comment balayer les problèmes sous le tapis...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.