Essai clinique sauvage : le Cnom est dans la place

Dans un communiqué, l’Ordre des médecins signale que le Pr Fourtillan, à l’origine d’essais cliniques sauvages en collaboration avec le Pr Joyeux, était déjà, depuis juin, sous le coup d’une plainte pour exercice illégal de la médecine.

Avis à tous ceux qui s’impatientaient de voir le Conseil national de l’Ordre des médecins (Cnom) réagir sur l’affaire Joyeux-Fourtillan : ça y est, il l’a fait. Dans un communiqué publié le 25 septembre, il indique que le Pr Jean-Bernard Fourtillan est déjà sous le coup d’une plainte déposée en juin 2019 par le Conseil départemental de l’Ordre de la Vienne. Le motif : exercice illégal de la médecine.

À lire aussi : Les expérimentations sauvages des Prs Joyeux et Fourtillan interdites

Il assure également les plus inquiets de son intérêt pour le sujet : « La découverte d’un essai clinique conduit illégalement sur des patients atteints notamment des maladies de Parkinson et d’Alzheimer suscite une indignation et une colère légitimes. L’Ordre des médecins les partage pleinement ». Rassurant.
 
Le Cnom était, depuis le début de l’affaire, plutôt silencieux. Ce qui n’avait pas manqué de faire réagir sur les réseaux sociaux.

 
Il annonce désormais qu’il sera « extrêmement attentif à l’avancée de l’enquête judiciaire », et ajoute même qu’il poursuivra « tout médecin qui, ayant participé à ces faits, contreviendrait à ses obligations déontologiques ».
 
Les 3 et 4 octobre prochains, l’affaire sera à l’ordre du jour de la session plénière du Cnom.

 

Portrait de Jonathan Herchkovitch

Vous aimerez aussi

Le déficit de l'assurance maladie sera multiplié par 4 en 2030
De nombreux médias font état de la possible candidature de l'actuelle ministre de la santé dans le 15e arrondissement parisien,  aux prochaines...
La médecine n’immunise pas contre la délinquance

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.