Entre 5000 et 10 000 € de salaires pour les médecins, sinon rien

Dans le cadre des négociations du Ségur de la santé, le gouvernement devrait annoncer demain aux partenaires sociaux la teneur de leur proposition en matière de revalorisation salariale. Les syndicats rappellent leurs revendications. 

Les syndicats de praticiens hospitaliers (APH, Avenir hospitalier, Jeunes médecins, CPH, INPH) viennent de signer un communiqué commun, à 24 heures des annonces du gouvernement sur de possibles revalorisations salariales et statutaires, dans le cadre des négociations Ségur de la santé. Le ton est martial : les organisations syndicales « exigent des mesures fortes afin de restaurer l’attractivité des carrières médicales, pharmaceutiques et odontologiques à l’hôpital, ainsi que celles des personnels non médicaux ». Ces mesures doivent comporter : 

 

«  • un salaire de 5000 € net en début de carrière à 10 000 € net en fin de carrière hors primes et indemnités, avec reclassement de tous les praticiens en fonction de l’ancienneté pour une revalorisation immédiate de leur traitement ;

  • la revalorisation de l’indemnité d’engagement de service public exclusif à 1000 € net pour tous les statuts quelle que soit l’ancienneté ;
  • les indemnités de sujétion pour les gardes doivent être portées à 650 € net et 100 € net pour les astreintes ;
  • le temps de travail additionnel au-delà des obligations de service doit être rémunéré à hauteur de 50 % de plus que le travail de jour ;
  • la journée de travail de 24 heures doit être décomptée à hauteur de 5 plages et non plus 4.
  • la possibilité d’exercer de droit des valences d’enseignement, de recherche, de management à hauteur de 20 % du temps de travail, rémunérées à hauteur de 20 % du salaire de base ;
  • une protection sociale complémentaire abondée par l’employeur, adaptée au statut, déductible des impôts sur le revenu. »

Plus spécifiquement, les organisations syndicales demandent pour les carrières hospitalo-universitaires : 

- un calcul de la retraite sur l’ensemble des émoluements hospitaliers et universitaires

- une protection sociale au même niveau que celle des praticiens hospitaliers 

« - une revalorisation et une fusion des grilles des émoluments hospitaliers des MCU-PH et PU-PH sur la base de la grille actuelle des PU-PH majorée de 30%. » Enfin, les statuts contractuels ne sont pas en reste ; les syndicats ont pensé à eux, en demandant une revalorisation de 30% de l’ensemble des grilles salariales. 

Portrait de Jean-Bernard Gervais

Vous aimerez aussi

Tant sur le fond que la forme, les organisations représentatives des médecins, mais aussi les confédérations et le Collectif L'inter-urgences restent...
Avec 400 services qui pratiquent la grève du codage et 270 SAU en grève, la mobilisation hospitalière ne faiblit pas. En attendant la Journée Hôpital...
Les chefs d'établissement et cadres de la fonction publique hospitalière devraient percevoir au premier trimestre de l'année 2020 leur prime de...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.