En arrêt maladie, des soignants de Lariboisière convoqués pour s’expliquer

Convoqués pour un arrêt maladie.
Des soignants convoqués pour un arrêt maladie.

Lundi dernier, 13 soignants de Lariboisière (AP-HP) se mettaient en arrêt maladie. Cinq d'entre eux ont été convoqués pour s'expliquer. 

Si les soignants qui se sont mis en arrêt maladie à Lons-le-Saulnier le 29 mai dernier ont été réquisitionnés par les forces de l’ordre, les soignants de l’hôpital Lariboisière qui ont imité la même procédure ont eu la désagréable surprise de recevoir une convocation. Lundi 3 juin dernier, 13 soignants sur 19 de l’équipe de nuit décidaient de se mettre en arrêt maladie. Une première dans un conflit social. Qui sera suivie par une réaction extrêmement exceptionnelle de la direction, relayée par le praticien hospitalier Maxime Gautier, sur son compte Twitter. « L’enfer. La pression sur les soignants à nouveau. Et cette fois ci pas par un organisme privé mais par l’hôpital lui même." 

 
En cause : un courrier reçu par 5 soignants en arrêt maladie sur les 13 soignants. D’abord contacté par « une boite privée » selon l’une des personnes convoquées, qui a reçu de cet organisme SMS et lettre recommandée, les 5 soignants ont ensuite été convoqués en bonne et due forme par leur établissement. Maxime Gautier reproduit dans son tweet le courrier qu’ont reçu les soignants. Lequel commence par ces termes : « Je vous précise que l’article 15 du décret n°88-386 du 19 avril 1988 prévoit que les fonctionnaires bénéficiaires d’un congé de maladie doivent se soumettre au contrôle exercé par l’autorité investie du pouvoir de nomination. Cette dernière peut faire procéder à tout moment à la contre-visite de l’intéressé par un médecin agréé ». Et les soignants d’être convoqués auprès du médecin statutaire, armés de leur « ordonnance du volet 1 de votre arrêt de travail si vous l’avez gardé et de tous autres documents médicaux justifiant vos arrêts (radio, analyse par exemple) ». « Ces convocations sont insupportables », conclut Maximer Gautier. Voir ce que prépare la direction de l'hôpital Saint-Antoine (AP-HP) à ses 15 soignants qui ont observé un arrêt maladie dans la nuit du samedi 8 au dimanche 9 juin...

 

Portrait de Jean-Bernard Gervais

Vous aimerez aussi

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.