Christine Chomienne, ses premières et dernières fois

Pr Christine Chomienne, Hématologue, chef de service de biologie cellulaire à l’Hôpital Saint-Louis, Paris.

What's up Doc. Quelle est la première fois où...Tu as voulu faire médecine ?

Christine Chomienne. Ça s’est décidé plutôt sur le tard, après le bac. À l’époque, je vivais en Angleterre et j’aimais bien les sciences naturelles, j’avais dans l’idée de devenir interprète en biologie. Je connaissais mal le système universitaire français, j’ai finalement choisi médecine car je pensais que c’était plus court que pharma… Et je ne l’ai jamais regretté !


WUD. Tu as examiné un patient ?

CC. C’était en chirurgie pédiatrique à Saint-Joseph, je devais palper l’abdomen d’un bébé. C’est toujours compliqué, puisque tout passe par la communication non verbale avec eux. J’en ai gardé le réflexe de me frotter les mains avant la palpation, et de toujours être attentive au visage du patient quand on l’examine.


WUD. Tu as voulu faire ta spé ?

CC. Dès mon premier stage d’externat en hématologie, qui m’a beaucoup intéressée. La recherche sur les cellules, les malades, tout me plaît dans cette spécialité, sans que j’arrive bien à définir pourquoi !


WUD. Tu as été de garde ?

CC. Il m’en reste surtout le souvenir de l’euphorie de passer toute la nuit debout, avec une équipe dynamique. C’est ce qui était important pour moi, même quand j’étais toute seule dans la prise de décision et jeune : être portée par l’esprit d’équipe !


WUD. Tu as eu raison contre ton chef ?

CC. Je me souviens surtout de désaccords avec le patron… Mais j’attendais la fin de la journée pour lui dire quand même, car il valait mieux lui tenir tête que de ne rien dire !


WUD. Tu as pensé à arrêter la clinique ?

CC. Non, je n’y ai jamais pensé, même quand il a fallu faire des choix entre recherche et clinique, j’ai toujours réussi à garder mes consultations.


WUD. Et la dernière fois où...
Tu t’es senti dépassé ? 

CC. Une situation complexe en consultation, un couple dont le mari était malade, ils ont refusé tous les traitements, de manière très agressive, je n’ai jamais réussi à comprendre pourquoi…


WUD. Tu as été touchée par une situation ?

CC. Il s’agit d’une réflexion qu’une mère m’a livrée en fin de consultation : « Quand je vois votre aquarium, avec d’aussi beaux poissons, je me dis que vous devez bien vous occuper de vos patients ». Ça m’a marquée car en tant que chef de service, il m’a toujours tenu très à coeur que les locaux soient accueillants pour les patients.

Portrait de Jean-Victor Blanc
article du WUD 33

Vous aimerez aussi

PU-PH de Chirurgie digestive et Directeur de l’ICM (Institut du Cancer de Montpellier).
Le Dr Gérald Kierzek s’est fait un nom en tant qu’adversaire n° 1 de la fermeture de l’Hôtel-Dieu, ce qui lui a coûté son poste de responsable du...
Médecin généraliste, Dominique Dupagne a fondé le célèbre Atoute.org en 2000. Une époque o`u beaucoup doutaient encore de l’utilité d’Internet....

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.