Buzin-de Margerie : un duo complémentaire avenue Duquesne

Directeur de cabinet de la ministre

Le directeur général adjoint d'Humanis, Gilles de Margerie, a été nommé directeur de cabinet d'Agnès Buzyn. Ce duo complémentaire à la tête du ministère a pour mission d'améliorer le remboursement de certains soins.

Gilles de Margerie. Ce nom ne vous dit peut-être rien, pourtant, il va compter dans les mois qui viennent au sein du paysage médical. Cet ancien élève de l'ENS (1) et de l'ENA (2) est depuis la semaine dernière le directeur de cabinet d’Agnès Buzyn, la nouvelle Ministre des Solidarités et de la Santé.

Si cette dernière connaît très bien l’hôpital, lui est un habitué de l’Administration. Il a travaillé précédemment au cabinet de Roger Fauroux, ministre de l'industrie, et comme conseiller technique dans celui de Michel Rocard. Ce duo avenue Duquesne (Paris) interroge déjà les médecins. Notamment les libéraux. Car pour eux, Gille de Margerie est surtout l’ex-directeur général adjoint d’Humanis, un groupe paritaire de protection sociale.

Améliorer la couverture santé

Ainsi, l’homme de 61 ans a clairement le pédigrée pour exaucer les promesses de campagne d’Emmanuel Macron. Sa mission prioritaire sera d’améliorer la couverture santé des Français. D’ici la fin du quinquennat, le Président veut arriver à une prise en charge à 100 % des lunettes, des prothèses dentaires et des prothèses auditives.

Comme méthode, le fondateur d’En Marche ! a préconisé un travail commun entre les régimes obligatoires et complémentaires afin de parvenir « à une meilleure régulation de ces marchés ». Il souhaite en ce sens plus de transparence sur les prix de ces produits et de concurrence pour les faire baisser.

Les libéraux restent mesurés

Mais côté médecins, on ne veut pas faire de procès d’intention au mutualiste. Président de la CSMF (3), Jean Paul Ortiz pense même « que l’ouverture de ce débat est nécessaire ». « L’arrivée de Gilles de Margerie pourrait donc être une opportunité de faire évoluer les choses autour d’un nouveau socle solidaire », ajoute-t-il.

Le boss des libéraux rappelle que, ces dernières années, l’Assurance Maladie s’est désengagée de certains secteurs (optique, dentaire, audioprothèse) sans que les Français n’aient jamais été consultés sur ces choix. « Idem pour la réforme des contrats responsables menée sans concertation et qui ouvre la voie à des surcomplémentaires », fait-il remarquer.

Stop aux réseaux de soins 

Néanmoins, les libéraux gardent une ligne rouge identique, pas question d’intégrer les réseaux de soins des mutuelles comme l'ont déjà fait d’autres professionnels de santé (opticiens, audioprothésistes, etc.)

« Nous ne voulons pas entendre parler de ce système à l’américaine qui équivaut à une sélection du médecin par l’assureur. Cette position constante sur le sujet est un gage de l’indépendance professionnelle des praticiens », conclut Jean-Paul Ortiz. Le duo "complémentaire" Buzyn-de Margerie est prévenu !

(1) Ecole Normale Supérieure

(2) Ecole Nationale d'Administration 

(3) Confédération des Syndicats Médicaux Français. 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Gilles de Margerie : bio express (en six dates)

1983 : Il commence sa vie professionnelle dans l'Administration à l'Inspection générale des finances (IGF). 

1992 : Il démarre une longue carrière au sein du Groupe Crédit Agricole.

2011 : Il devient associé gérant senior chez Ricol Lasteyrie, société d'expertise et de conseil financier.

2013 : Gilles de Margerie intègre le groupe Humanis où à...

…l’automne 2016 il prend la charge de la stratégie, du marketing et de l'innovation ainsi que du pôle épargne, des activités internationales et Outre-mer et par ailleurs, des relations extérieures et des affaires européennes.

18 mai 2017 : Il démissionne d’Humanis pour devenir directeur de cabinet d’Agnès Buzyn.

 

 

 

 

 

 

 

Source: 

Bruno Martrette-Gomez

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Réforme de l’évaluation hospitalière sur fond de coupes budgétaires
L’Alliance contre le tabac lance « l’Appel des 100 000 »
Médecins en politique, épisode 4

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.