Agnès Buzyn : un usurpateur sévit sur Twitter

Faux compte ministériel

La Haute Autorité de Santé (HAS) et le Ministère des Solidarités et de la Santé sont catégoriques. Agnès Buzyn n'a pas de compte Twitter à ce jour. Un usurpateur d'identité sévit donc sur la twittosphère. 

A peine installée avenue Duquesne (Paris), Agnès Buzyn découvre les affres de Twitter. Dès sa nomination mercredi, son compte affichait le message suivant : « C'est avec une immense fierté que je prends les clés du ministère des Solidarités et de la Santé. Nous n'avons pas droit à l'échec ! ».

Une phrase prononcée le jour même par la présidente de la HAS lors de la passation de pouvoirs avec Marisol Touraine. La déclaration enthousiaste a ainsi été retweetée plus de 400 fois. Sauf qu’Agnès Buzyn n’a pas de compte Twitter. Dans un tweet publié jeudi, le Ministère des Solidarités et de la Santé confirme en effet qu’@AgnesBuzyn est  un « faux compte ». Attention donc à ce qui circule sur le réseau de l'oiseau bleu car près de 4 000 followers y sont toujours abonnés.

-------------------------------------------------------------------------------------------------
Même mésaventure pour la nouvelle ministre de la Culture Françoise Nyssen. Sur Twitter toujours, un usurpateur a prêté à la ministre l’annonce du décès de l'écrivaine biélorusse Svetlana Alexievitch. Pourtant, la Prix Nobel de Littérature 2015 est bel et bien vivante. Ses fans seront rassurés.

Depuis, le faux compte de la ministre a été supprimé et on en sait plus sur l’identité du plaisantin. Il s’agit de Tommasso Debenedetti, un habitué des canulars sur Twitter. Professeur de littérature italienne à Rome, il a déjà usurpé les identités de l’ancien président du Conseil européen Mario Monti, de François Fillon ou encore de la femme du magnat des médias Rupert Murdoch.   

Source: 

Bruno Martrette-Gomez

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Martin Hirsch et l'intérêt de définir le conflit
Entretien avec Pierre-Louis Laget (deuxième partie)
Presse auscultée. Des mères sans-abri dormiraient à même le sol à l'hôpital Lariboisière après leur accouchement, en raison d’un nombre de lits...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.